Elite : Dangerous s'accorde avec les dernières découvertes de la Nasa : on pourra bientôt y visiter le système TRAPPIST-1.

La conquête spatiale est un rêve que beaucoup nourrissent mais que peu d’individus sont amenés à vivre. Il y a quelques jours, la Nasa a dévoilé une découverte astronomique majeure. À 39 années lumières de la Terre se trouvent sept exoplanètes autour d’une étoile que les scientifiques ont décidé de nommer TRAPPIST-1.

Si le commun des mortels n’aura jamais l’occasion d’y voyager, Elite : Dangerous proposera prochainement la possibilité de s’offrir une petite visite virtuelle au sein de ce système capable d’abriter la vie. Le studio Frontier Developments intégrera en effet TRAPPIST-1 et ses sept mondes dans la bêta 2.3.

Le système Core Sys Sector XU-P A5-0 (version actuelle)

Une concordance qui tombe à pic

Selon Ars Technica, Frontier Developments a choisi de retarder sa mise à jour pour inclure les dernières trouvailles scientifiques — et personne ne lui reprochera cet excès de zèle. Les développeurs n’ont même pas eu à créer TRAPPIST-1 : par chance, ils n’avaient qu’à modifier un système existant revendiquant les mêmes qualités, ou presque, y compris la distance par rapport à la Terre.

Dans la deuxième phase de la bêta (probablement disponible dans quelques semaines), Core Sys Sector XU-P A5-0 s’appellera donc TRAPPIST-1 et les fans d’Elite : Dangerous auront l’opportunité de s’y rendre.

Le sytème TRAPPIST-1 (tel qu’il apparaîtra dans le jeu)

La nouvelle mise à jour de Elite : Dangerous ajoute par ailleurs la possibilité de piloter son vaisseau à plusieurs, de créer son commandant pour qu’il soit le plus ressemblant possible à votre visage ainsi que des améliorations pour la caméra afin, par exemple, de prendre des photos et des vidéos.

Partager sur les réseaux sociaux