Hasbro et plusieurs distributeurs américains ont confirmé que Jyn Erso serait au cœur des produits dérivés associés à Star Wars : Rogue One. Une bonne nouvelle après les enchaînements de stéréotypes sexistes sur The Force Awakens et Avengers.

Cela avait choqué à juste titre de nombreuses personnes — nous inclus — à la sortie de The Force Awakens : le marketing organisé autour de la sortie du film, et notamment pour tout ce qui tourne autour des jouets, avait complètement zappé le personnage principal du film : Rey. La véritable héroïne du septième épisode de Star Wars n’avait quasiment aucune figurine à son effigie, ni dans les sets de jouets de grande taille, ni dans les jouets classiques. Tout juste pouvait-on voir ici ou là un déguisement de celle pour qui le titre du film a été écrit.

Jyn Erso, devrait être au cœur du merchandising qui entourera la sortie du film

Disney et ses partenaires avaient alors usé de toute la mauvaise foi possible à ce sujet, affirmant en premier lieu que les jouets qui représentent des films ne touchent pas les garçons avant de rétropédaler sur cette affirmation clairement rétrograde à plusieurs niveaux. La deuxième raison officielle, qui fleure bon le rattrapage, avait été de dire qu’il s’agissait d’un moyen de ne pas spoiler l’intrigue du film. Bien sûr : cela devait être la même chose pour Avengers.

Et comme il est important de veiller sur ces discriminations quotidiennes et banalisées, il est aussi important de relever les moments où l’industrie fait un pas dans la bonne direction. Cela semble être le cas pour Disney et Hasbro, qui fait la plupart des jouets, en ce qui concerne Rogue One, le premier Star Wars hors canon prévu pour la fin de l’année. En effet, le personnage principal, Jyn Erso, devrait être au cœur du merchandising qui entourera la sortie du film et figurer en bonne place dans les différentes collections de jouets.

star_wars_the_black_series_6inch_figure_assortment_jyn_erso_2

Chris Byrne, consultant pour l’industrie du jouet qui a commenté l’affaire pour Adage a affirmé que la situation avait été prise très au sérieux cette année : « Les jeunes garçons pourront jouer avec une héroïne, ce qui n’était pas possible il y a 30 ou 40 ans. Les garçons d’aujourd’hui pourront regarder une héroïne et se dire « oui, elle peut être puissante ».

La question de la représentation du genre dans les jouets est plus importante qu’il n’y paraît, dans la mesure où le jeu forme l’imaginaire des enfants, filles ou garçons. Ne pas leur offrir  la chance de jouer avec une héroïne en dit long sur les stéréotypes que la société reproduit, de manière consciente ou inconsciente : comme quoi, même des mastodontes de l’industrie peuvent changer leurs lignes quand la société civile pointe du doigt leurs erreurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés