Opticale est un jeu pour smartphone mêle géolocalisation et réalité augmentée. Une combinaison qui a fait ses preuves avec Pokémon Go et que l'on a hâte de voir sur d'autres titres.

Un monde parallèle au nôtre, peuplé de créatures fantastiques. C’est l’univers que propose de découvrir Opticale, un jeu pour mobile qui promet de combiner géolocalisation et réalité augmentée. Oui, comme Pokémon Go. Néanmoins il ne s’agit pas de copier bêtement le principe de l’application de Niantic. D’une part parce que le projet a été initié il y a déjà quatre ans mais, également, car celui-ci propose une histoire et un univers différents de ceux des petits monstres de poche.

Le pitch est simple. Après des années de recherche, des scientifiques ont réussi à mettre au point un outil de poche qui permet de communiquer avec le Monde Astral, une autre dimension qui, à certaines occasions, a interagi avec notre univers. C’est ainsi que, depuis les débuts de l’humanité, les êtres mystiques vivant dans ce monde parallèle ont inspiré nos mythologies, nos légendes et nos contes, à travers la planète entière. Le jeu vous invite à découvrir les origines de ces créatures ainsi que toutes leurs caractéristiques.

Le but du jeu est de découvrir un maximum d’espèces différentes. Pour y arriver, il faut activer l’appareil photo du téléphone depuis l’application et regarder autour de soi. La notion de réalité augmentée est peut-être utilisée à tort car on ne peut pas apercevoir les créatures dans notre environnement. Non, Opticale offre plutôt un aperçu de l’autre monde dans lequel se trouve la bête… mais par rapport à votre position. À noter d’ailleurs que vous ne pouvez pas la capturer mais seulement la répertorier dans votre base de données, une sorte d’encyclopédie accumulant toutes les connaissances que vous avez récoltées. Attention, pour débloquer toutes les informations sur une créature, il faut l’observer à trois reprises — un moyen efficace d’allonger la durée de vie du jeu.

Quand Pokémon Go fait de vous un dresseur, Opticale vous transforme en explorateur. Un détail non négligeable d’autant plus que le jeu vous incite à cartographier la totalité du Monde Astral. En effet, comme celui-ci ne se trouve pas sur le même plan que le nôtre, il bouge à une vitesse différente. Ainsi, même si vous ne bougez pas de chez vous de toute la journée, vous pouvez accéder à des zones différentes de la dimension parallèle en fonction du moment auquel vous jouez. Vous devez ainsi explorer dix écosystèmes (marin, terrestre, volcanique…etc) différents — dont deux très difficiles à trouver — et leurs bestiaires respectifs.

Opticale visu

Soufian Mahlouly, fondateur et PDG du studio Furinkazan à l’origine du jeu, insiste sur la différence entre sa plateforme et l’application développée par Niantic. « Opticale s’adresse vraiment à un public adulte et on a créé tout un univers nous-même tandis que Pokémon Go utilise une référence qui existe depuis vingt ans et qu’on a surtout connu quand on était enfant », nous indique-t-il. Il ajoute aussi que l’objectif est de créer « quelque chose qui parait crédible ».

Il tient, en outre, à mettre en évidence d’autres différences dans l’expérience de jeu. Parmi celles-ci, Soufian Mahlouly évoque notamment un esprit de coopération. En effet, il existe des créatures dites « semi-Astrales ». Contrairement aux autres, elles peuvent être repérées uniquement à proximité d’un endroit spécifique de notre monde (lieux touristiques, historiques…etc). Près du lac Léman en Suisse par exemple, se trouve un monstre qu’il est impossible de rencontrer ailleurs. Mais comme tout le monde n’a pas forcément l’occasion de voyager, il est possible de partager ces découvertes rares avec d’autres joueurs. Ainsi, si l’un de vos amis revient d’un voyage en Écosse et qu’il a eu l’occasion de voir le monstre du Loch Ness via Opticale, il pourra, grâce à une connexion Bluetooth, partager cette découverte avec vous.

Opticale Visu 2

« Pour les créatures semi-Astrales, on a voulu respecter les mythologies des lieux correspondants. Par exemple, à Paris, il s’agira d’une gargouille », nous confie le PDG de Furinkazan. Ce dernier précise également ne pas vouloir accentuer exagérément la frustration des joueurs. Dans cette optique, il ne sera pas utile d’être à l’endroit exact où se trouvent les monstres, ceux-ci sont repérables par tout le monde dans une zone géographique relativement étendue, assure Soufian Mahlouly.

Côté graphismes, « le jeu sera fidèle aux premiers visuels dévoilés », nous dit-il. Lesdits visuels révèlent une direction artistique soignée avec des dessins qui offrent un petit côté épique bien appréciable.

Le jeu sort en version soft-launch le 6 septembre en Suisse avant d’être déployé à l’international, en commençant par la France, avant la fin de l’année. Opticale sera téléchargeable gratuitement et sans publicité sur Android et iOS avec des possibilités d’achats à l’intérieur (pour obtenir divers bonus). « Mais le jeu peut tout à fait être terminé sans rien dépenser », rassure Soufian Mahlouly.

Le jeu sort le 6 septembre en Suisse avant d’être déployé à l’international

Opticale sera disponible en premier lieu uniquement en Europe occidentale, au Japon et aux États-Unis. L’application compte, à terme, s’étendre à tous les endroits du monde liés à des mythologies.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés