Les partisans de la neutralité du net organisent une journée d'action le 12 juillet pour contrer les projets du régulateur américain des télécoms.

Aux États-Unis, la bataille pour l’avenir de la neutralité du net est en train de tourner à l’avantage de ses opposants. Le 18 mai, le régulateur des télécoms, dont le président est ouvertement hostile à ce principe d’Internet, a décidé de revenir sur la décision de 2015 qui oblige les fournisseurs d’accès à Internet à traiter tous les services en ligne de manière égale.

Avec cette décision, évidemment très loin de faire l’unanimité outre-Atlantique, le chantier du détricotage de la neutralité du net est officiellement lancé. Cependant, le vote du régulateur survenu au mois de mai n’acte pas encore la mort de la neutralité du net. En effet, une période de consultation de plusieurs mois s’est mise en place aux États-Unis pour discuter des propositions du régulateur.

battle-internet

À l’issue de cette phase, dont la légitimité est remise en question avec la découverte de nombreux messages postés par des bots et de cas d’usurpation d’identité de personnes vivantes ou décédées pour poster des messages de soutien à la réforme, la commission fédérale des télécommunications (FCC) procédera à un vote final sur son nouveau texte.

C’est cette période que les partisans de la neutralité du net entendent mettre à profit, malgré une situation défavorable. S’inspirant de la journée d’action qui avait été mise en place en 2014 en faveur de la neutralité du net — plusieurs sites avaient simulé Internet ralenti et les Américains étaient invités à contacter leurs élus pour qu’ils s’engagent sur ce dossier –, une nouvelle opération a lieu ce mercredi 12 juillet.

La FCC veut détruire la neutralité du net et donner aux gros câblo-opérateurs le contrôle de ce que nous regardons et faisons en ligne

« La FCC veut détruire la neutralité du net et donner aux gros câblo-opérateurs le contrôle de ce que nous regardons et faisons en ligne. S’ils obtiennent ce qu’ils veulent, ils auront le droit de bloquer, de censurer, d’entraver ou d’appliquer des frais supplémentaires. Le 12 juillet, Internet se rassemblera pour les arrêter », lit-on dans un message publié sur le site dédié.

Parmi les soutiens, on retrouve KickStarter, Mozilla, Vimeo, GitHub, Reddit, YCombinator, BitTorrent, Discourse, Creative Commons, DuckDuckGo, Greenpeace, Internet Archive, Patreon. Plusieurs associations sont aussi de la partie, comme Fight for the Future, Demand Progress, l’EFF, l’Union américaine pour les libertés civiles ou encore Public Knowledge.

On trouve aussi des géants du net, comme Amazon, Google et Facebook. Netflix, Twitter et PornHub sont aussi mobilisés, tout comme SoundCloud, Medium, Twilio, Plays.tv et Adblock. La journée de mobilisation a aussi reçu le soutien de Tim Berners-Lee, le principal inventeur du web. Et s’ils n’ont pas formellement indiqué leur participation, des dizaines de petits FAI américains ont aussi plaidé pour la neutralité du net.

Une action qui reste à définir

La manière dont cette coalition organisera la journée du 12 juillet n’est pas encore tout à fait décidée. On peut néanmoins lire que « les sites, les internautes et les communautés en ligne se rassembleront pour tirer la sonnette d’alarme au sujet de l’attaque de la FCC à l’encontre de la neutralité du net. Nous fournirons des outils à tous de façon à ce que vos visiteurs et vos abonnés puissent agir très facilement ».

« Du blackout contre la loi SOPA au ralentissement d’Internet, nous avons montré à maintes reprises que lorsque Internet se réunit, nous pouvons arrêter la censure et la corruption. Maintenant, nous devons le faire à nouveau !  », harangue le site. A priori, la manière dont va se dérouler la journée du 12 juillet sera proche des autres mobilisations, avec des actions en ligne mais aussi dirigées vers la FCC et le Congrès.

(mise à jour incluant les autres entreprises qui ont depuis annoncé leur participation à la journée d’action)

Partager sur les réseaux sociaux