Google et Facebook ont fait savoir à la presse qu'ils se mobiliseront pour la journée d'action en faveur de la neutralité du net, qui aura lieu le 12 juillet.

Les opposants à la neutralité du net aux États-Unis n’ont qu’à bien se tenir ! S’ils ont remporté une victoire importante au mois de mai lorsque la commission fédérale des communications a voté de nouvelles orientations très décriées outre-Atlantique, ils vont tomber sur un obstacle de taille dans les tout prochains jours : la puissance de frappe de Google et Facebook.

Les deux géants du net ont en effet fait savoir à la presse américaine qu’ils entendent participer à la journée de mobilisation du 12 juillet 2017 en faveur de la neutralité du net. De nombreuses entreprises avaient déjà annoncé leur présence, comme Netflix, Twitter ou encore PornHub : en revanche, l’implication des plus grandes entreprises du web n’était pas encore acquise, en dehors d’Amazon.

CC Stacie Isabella Turk

À Inverse, une porte-parole a confirmé que Google s’impliquera. « Google participera la semaine prochaine à la journée d’action dédiée à la neutralité du net. Nous avons toujours prévu d’en faire partie ». Par contre, la façon dont Google va matérialiser son engagement n’est pas encore fixée : peut-être le groupe utilisera-t-il sa page d’accueil, qui est vue par des dizaines de millions d’internautes ?

De son côté, le site Mercury News indique que Facebook sera aussi sur le pont pour défendre la neutralité du net. Mais là encore, on ne sait pas comment le réseau social compte utiliser sa grande visibilité pour informer les Américains et les Américaines sur ce qui est en train de se jouer du côté des réseaux avec la nouvelle politique impulsée par la commission fédérale des communications.

FCC
La commission fédérale des communications.
Crédits : FCC

Il est assez piquant de voir Google et Facebook se mobiliser en faveur de la neutralité du net alors que les deux entreprises n’ont pas toujours une politique irréprochable en la matière.

On se souvient qu’en 2010, le New York Times avait évoqué la possible signature d’un accord avec l’opérateur américaine Verizon pour abandonner la neutralité des réseaux en échange d’une collaboration accrue autour d’Android et des services du moteur de recherche. Plus récemment, en 2016, Facebook s’était retrouvé en difficulté en Inde avec son projet de fournir gratuitement certains « sites de base ».

Quoiqu’il en soit, la présence de Google et Facebook parmi les partisans de la neutralité du net est une bonne nouvelle même si les deux entreprises savent très bien qu’elles vont aussi en retirer, de fait, un bénéfice en termes d’image de marque. Un tel engagement n’est guère coûteux, sauf à se fâcher avec les FAI américains et la FCC, qui eux sont contre. Mais il en faut plus pour effrayer Google et Facebook.

battle-internet

Plusieurs autres entreprises, organisations et associations sont mobilisées pour la journée d’action. Citons KickStarter, Mozilla, Vimeo, GitHub, Reddit, YCombinator, BitTorrent, Discourse, Creative Commons, DuckDuckGo, Greenpeace, Internet Archive et Patreon, mais aussi Fight for the Future, Demand Progress, l’EFF, l’Union américaine pour les libertés civiles et Public Knowledge.

Des personnalités de premier plan se sont également exprimées sur le sujet. C’est le cas de Tim Berners-Lee, qui a donné naissance au web. En juin, il a signé une tribune remarquée pour appeler à la défense de la neutralité du net, dont le principe est profondément remis en cause aux USA. « Allons-nous nous battre durement pour le web que nous voulons ? », demandait-t-il.

Partager sur les réseaux sociaux