L'administration de Donald Trump a gelé les activités de l'Agence de protection de l'environnement, après l'entrée en fonction de son nouveau directeur climatosceptique, Scott Pruitt.

Fidèle à leurs promesses, Donald Trump et son administration commencent leur mandat par une réduction considérable des activités de l’Agence de protection de l’environnement  (EPA). En effet, les nouveaux cadres de l’EPA ont gelé les contrats et les subventions de cet organisme en charge des initiatives environnementales du pays, comme des analyses sur la qualité de l’eau ou la planification de projets d’assainissement radioactif.

On ignore encore si cette décision concerne les opérations globales de l’EPA, dont le chiffre d’affaires s’élève à 6,4 milliards de dollars, ou seulement une partie spécifique, comme l’évoque un employé dans un mail adressé à ProPublica : « À l’heure actuelle, nous sommes dans l’attente. La nouvelle administration de l’EPA a demandé la suspension immédiate et temporaire de tous les contrats et subventions. Tant que nous n’aurons pas reçu de précisions, cela concerne aussi les ordres de mission et les tâches de travail.  »

Scott Pruitt, le nouveau chef de l’EPA

Scott Pruitt, un climatosceptique notoire

L’agence et ses 600 contrats qui englobent des partenariats avec des institutions universitaires et des entreprises, font face à un avenir incertain. Même sort pour le budget 2017 qui n’a pas été encore publié. En 2016, ce dernier s’élevait à 8,6 milliards de dollars.

Myron Ebell, la responsable de la transition de l’administration de l’EPA, explique : « Ils sont en train de geler les choses pour assurer que rien ne se passe contre leur gré, par conséquent ils veulent contrôler chaque genre de contrat, de subvention, de nouveau employé et de réglementation. L’opération pourrait être un peu plus étendue par rapport aux administrations d’auparavant, mais c’est très similaire à ce qui a était fait par les autres. »

On sait en revanche que le nouveau directeur de l’EPA, Scott Pruitt, est un climatosceptique notoire. Il s’est notamment opposé plusieurs fois aux activités environnementales de l’agence et remet en cause le réchauffement climatique.

Pour de nombreux scientifiques, un gouvernement qui ignore la science met en danger le monde entier

De leur côté, les scientifiques adoptent des mesures pour éviter la perte de leur travail, en dupliquant notamment au Canada la gigantesque base de données concernant leurs études.

Ils organiseront prochainement une marche à Washington pour protester contre les climatosceptiques et l’administration du nouveau président. En effet, ils soulignent dans leur appel : « Un gouvernement américain qui ignore la science pour poursuivre des programmes idéologiques met en danger le monde entier. »

À lire sur Numerama : Trump musèle les scientifiques des administrations environnementale et agricole

Partager sur les réseaux sociaux