Christine Todd Whitman, leader républicaine, a déclaré dans une interview avec la BBC être inquiète au sujet de la politique environnementale de Donald Trump. Notamment en ce qui concerne le réchauffement climatique.

Dans une interview accordée à la BBC, Christine Todd Whitman, responsable de l’environnement sous le gouvernement de George W. Bush, a révélé ses craintes concernant la future politique environnementale de Donald Trump.

Whitman affirme : « Je trouve très inquiétant son mépris pour la science sur la protection de l’environnement. […] Ignorer une situation  [le changement climatique] sur laquelle s’accordent 97 % des scientifiques qui disent qu’il se passe quelque-chose et que nous avons une responsabilité… On est arrivé au point où nous devons chercher à le ralentir si nous voulons survivre.  »

scott-pruitt
Scott Pruitt, le futur chef de l’EPA

Pour soutenir que son parti n’est pas antithétique avec la lutte pour préserver le climat, la femme politique s’appuie sur des documents historiques signés par des présidents américains républicains. Par exemple, l’accord sur le changement du climat de la Convention-Cadre des Nations Unies en 1992 à Rio, signé par George H. W. Bush, ou l’inauguration de l’Agence de Protection Environnementale des États-Unis (EPA) réalisée par Richard Nixon.

Pour Whitman, la « conservation est inséparable du conservateur. » En effet, elle explique : «  Nous voulons avoir la capacité d’être indépendant de l’énergie et tout l’enjeu est de le faire d’une manière équilibrée pour protéger la santé et l’environnement. Mais du côté de Trump, cela ne semble pas le cas. »

La « conservation est inséparable du conservateur »

En effet, Trump a nommé Scott Pruitt en décembre dernier à la tête de l’EPA, un climatosceptique affirmé. Rex Tillerson, chef du conglomérat pétrolier Exxon Mobil a été, lui, nommé secrétaire d’État. Pruitt, entre autres faits d’arme, avait entamé une action en justice contre l’organe gouvernemental qu’il s’apprête à diriger en 2017. De plus, le futur président des États-Unis a promis de nier les engagements pris par son pays pendant la COP21 de Paris. À vrai dire, selon Trump, le changement climatique serait un complot organisé par la Chine.

Malgré tout cela, Whitman parvient à rester positive : « Je me préoccupe beaucoup du futur de ma famille et des familles du monde entier parce que Mère Nature n’a jamais respecté les frontières géopolitiques et ce qui est fait par une nation affecte véritablement une autre. […] Une fois qu’il sera en fonction, Pruitt comprendra que son rôle sera plus complexe que prévu. Espérons qu’ils écouteront — et commenceront à être plus modérés. »

Partager sur les réseaux sociaux