Le média ultra-conservateur du conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a disparu de l'App Store. Après avoir perdu son régisseur, le site d'information polémique semble se faire des ennemis.

Breitbart News, le site ultra-conservateur à la déontologie souvent critiquée affronte une vague de critiques et d’obstacles depuis l’élection de Donald Trump. L’arrivée de son pilier, Steve Bannon, dans l’équipe du futur président américain en fait une nouvelle cible après une campagne présidentielle marquée par la désinformation.

La victoire de Donald Trump a servi d’électrochoc aux entreprises liées de près ou de loin  à Breitbart News. Depuis le 8 novembre, les propos outranciers du site ont fait reculer de nombreux partenaires du média. Ainsi, cette semaine, le média semble avoir vu son application supprimée de l’App Store, sans qu’Apple — ni Breitbart — explique sa décision.

capture-decran-2016-11-25-a-16-39-17
Breitbart était encore sur l’App Store le 6 novembre

Apple-App-Store-INR-Pricing

Après plus de trois ans de présence dans la boutique et une évaluation plutôt mauvaise de deux étoiles, le logiciel n’est plus disponible. Néanmoins, malgré l’éviction de Breitbart, Apple continue de diffuser les applications des médias concurrents du site de Bannon.

Le site ultra-conservateur avait déjà critiqué les règles de la boutique d’Apple. Le média avait critiqué la volonté de Cupertino de rejeter le contenu déplacé de sa boutique. L’App Store a par exemple déjà rejeté des applications comme Build the Wall selon Breitbart, un jeu qui proposait aux Américains de construire un mur à la frontière mexicaine.

Vous saurez aussi quand vous dépasserez les bornes

Les règles d’Apple sur les rejets de l’App Store sont plutôt floues, très certainement à dessein. L’entreprise indique rejeter tous les contenus proposant des propos racistes, sexistes, homophobes, antisémites et pornographiques.  La charte d’Apple pour les développeurs indique : « Nous rejetons toute application proposant du contenu ou des comportements dont nous pensons qu’ils dépassent les limites. Quelles limites, demanderez-vous ? Comme l’a dit la Cour Suprême une fois : nous le saurons quand nous le verrons. Et nous pensons que vous le saurez aussi quand vous dépasserez les bornes.  »

D’autre part, Apple a fait part de nouvelles guidelines applicables dès le 7 septembre dernier : Breitbart, pas mise à jour depuis 2015, a pu tomber sous le coup de ce nettoyage d’automne.

Breitbart News reste toujours disponible sur le Play Store d’Android. Par ailleurs, sur iPhone, l’application d’un tiers regroupant le flux de Breitbart et de Zero Hedge (média de fausses actualités) reste accessible dans l’App Store. Mercredi, le média perdait également son principal régisseur numérique, l’entreprise de publicités App Nexus. La société expliquait à Bloomberg avoir découvert, après plusieurs sessions d’évaluation, que de nombreux contenus proposés par le site « dépassaient les limites  ».

Si Apple est bien derrière cette suppression, l’initiative de supprimer des médias qui propagent de fausses informations paraît plutôt louable. Cela dit, ce genre de suppressions fait aussi le jeu de « victime » de Breitbart News, un argument régulièrement brandi par ses dirigeants — qui sont restés bien muets cette fois. Breitbart News n’a pas encore donné de réponse à notre demande de commentaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés