Blizzard vient d'intenter un procès contre le créateur d'un bot pour World of Warcraft. Ce dernier permet aux joueurs qui l'achètent de faire en sorte que leur avatar continue de jouer automatiquement sans leur présence, et donc de gagner considérablement plus d'expérience qu'un joueur lambda.

Vous avez sûrement déjà vu cet épisode hilarant de South Park parodiant World of Warcraft. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à faire un tour sur South Park Studios. Il y est diffusé gratuitement et ce serait dommage de ne pas en profiter. Pour résumer l’histoire, Cartman, Stan, Kyle et Kenny sont confrontés à un avatar devenu tellement puissant dans le jeu que même les éditeurs n’ont plus aucun pouvoir dessus. Les 4 acolytes décident alors de passer des journées entière afin de gagner suffisamment d’expérience pour pouvoir le terrasser.

Ce scénario incongru n’est finalement pas si irréaliste que ça. Dans World of Warcraft, quelques malins mettent au point des « bots » qui prennent le contrôle de leur avatar pour continuer de jouer sans qu’ils aient besoin de le contrôler. Grâce à ce procédé, il devient facile pour n’importe qui d’arriver à des niveaux d’expérience pharamineux (et donc d’augmenter la force de leur personnage) sans sacrifier tout leur temps devant l’écran.

Jusque là, Blizzard se contentait simplement de les bannir, afin de garantir l’intégrité du jeu. Mais l’un d’entre eux leur a semble-t-il donné plus de fil à retordre : le bot MMO Glider. Le problème de ce bot, c’est qu’en plus de jouer les personnages à la place des joueurs, il a été conçu pour être difficilement détectable par Blizzard, ce qui lui vaut un large succès auprès des joueurs. « Glider marche comme un joueur normal » explique le site. « Il surveille la santé, le mana, la santé, etc. Il bouge la souris et utilise les touches du clavier. Vous le renseignez à propos de votre joueur, où vous souhaitez tuer des créatures, et quoi tuer. Puis il le fait pour vous, automatiquement. Vous pouvez faire autre chose, comme dîner ou aller voir un film. Quand vous reviendrez, vous aurez beaucoup plus d’expérience. »

Désarmé, Blizzard crée une première en traînant son créateur Michel Donnely en justice. « Les ressources sont réparties de façon inégale » explique l’éditeur. « Lorsque que les bots sont introduits dans l’univers de WoW, ils passent beaucoup plus de temps dans le jeu qu’un joueur ordinaire et consomment les ressources sans jamais s’arrêter. » Pour appuyer son attaque au tribunal, Blizzard compte mettre en avant le fait que MMO Glider enfreint le copyright du jeu en le copiant « dans la mémoire vive dans le but d’empêcher la détection par des logiciels anti-triche. » De son côté, Michel Donnelly réplique que son programme n’enfreint pas le copyright car il n’effectue aucune copie du code de World of Warcraft.

On ne sait pas ce qu’attend Blizzard du procès : des dommages et intérêts ou une simple mise hors service du bot. Dans tous les cas, l’affaire risque d’être intéressante car la situation relativement inédite. Michel Donnely n’entend pas se laisser faire. Un juriste de la maison mère de Blizzard, Vivendi Universal, s’était déjà rendu à son domicile pour le prévenir d’éventuelles actions juridiques. Mais les ressources que Donnely tire de son bot sont loin d’être anecdotiques. Il en vend la clé 25 $, 100.000 d’entre elles se seraient déjà écoulées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés