Comme Microsoft et Nintendo, Sony veut faire de sa console nouvelle génération un hub où viennent se connecter les principaux médias numériques du salon. La PlayStation 3 inaugurera le premier service en ligne du japonais, dans la lignée de celui qu'il a créé pour sa PlayStation Portable.

C’est l’un des secrets les mieux gardés par Sony. C’est aussi le plus stratégique. Le mois prochain doit débarquer au Japon et en Amérique du Nord la troisième génération de la très populaire console PlayStation, avec son service communautaire en ligne. Pour la première fois, les joueurs pourront communiquer et accéder à tout un panel de service via un réseau proche de celui inauguré par Microsoft avec son fameux Xbox Live (Les Européens attendront le mois de mars).

Eurogamer nous en apprend un peu plus sur le réseau actuellement testé par Sony. Le premier point marquant, c’est que contrairement à Xbox Live, l’abonnement de base au service sera gratuit. Sony fournit également un navigateur Internet gratuit, capable d’afficher les pages Internet les plus complexes (y compris Ajax), et dotés du support de technologies comme le RSS. C’est là une différence avec Nintendo dont le navigateur Opera présent sur la Wii sera gratuit uniquement au départ. Sony a choisi la simplicité et fera payer uniquement les contenus à télécharger et les abonnements aux jeux massivement multijoueurs, qui devraient pulluler sur la console.

Pour simplifier les choses, chaque joueur bénéficie d’un porte-feuille (Wallet) alimenté une fois par la carte bancaire, et utilisé ensuite librement pour tous les types de transaction, y compris les abonnements aux jeux. Les parents peuvent contrôler les comptes de leurs enfants joueurs et décider d’allouer un certain nombre de crédits pendant le mois, que leur progéniture ne pourra pas dépasser. Contrairement à Microsoft qui a installé un système de points, les sommes sont représentées par Sony dans leur valeur réelle et dans la devise locale. Les Européens achèteront en Euros et les Américains en dollars.

Convergence et unification

L’interface, nous dit Eurogamer, reprend exactement le design de celle présente sur la Playstation Portable. La barre du milieu avec ses icônes (Paramètres, Photo, Musique, Vidéo, Jeux…) est exactement la même. Sony veut ainsi harmoniser son univers, à l’image de Nintendo entre la Wii et la Nintendo DS. Il sera possible d’envoyer des messages à ses amis connectés (un système de pop-up permettra d’afficher les messages en cours de jeu), ou de communiquer par webcams interposées. Des accessoires seront vendus séparémment pour faciliter la communication, et il sera en outre possible de brancher un clavier USB.

Dans le même effort d’harmonisation de la marque, Sony proposera un PlayStation Store dont l’interace serait proche de celle de Sony Connect, sa plate-forme de musique en ligne. C’est ici que les joueurs pourront acheter leurs jeux, updates, ou abonnements, et les éditeurs de jeux pourront créer leurs boutiques personnalisées avec la même interface. On imagine, surtout, que le téléchargement de musique et de films ne devrait pas tarder à faire son entrée sur le PlayStation Store. Comme nous l’avons déjà décrit, les consoles nouvelle génération veulent s’installer au bas des écrans de télévision et se connecter à Internet pour devenir le passage obligé du salon numérique. Une fois installé, il devient le lieu idéal où vendre des chansons (Sony Music), des films (Sony Pictures), des jeux-vidéo (Sony Entertainment) et toutes sortes d’autres contenus. Il est tout à fait possible d’imaginer par exemple qu’eBay s’associe à Sony pour proposer son marché sur le réseau de la PlayStation, avec les crédits du PlayStation Store. Les possibilités sont infinies…

Et pour contrer le piratage et les puces, Sony bénéficie enfin d’une arme. Lorsqu’elle est connectée, la console peut mettre à jour automatiquement son firmware…


Le PlayStation Store en action…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés