Le très haut débit continue son développement en France. Les chiffres communiqués par l'ARCEP indiquent qu'il y a près de 4 millions d'abonnements en France, dont plus d'un million en fibre optique jusqu'au domicile.

L'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a publié jeudi ses dernières statistiques sur l'évolution du nombre d'abonnements à la fibre optique de bout en bout (FTTH, donc jusqu'au domicile du client). Il ressort de l'étude du gendarme des télécoms que la France compte maintenant 1,1 million d'abonnements, soit une hausse de 58 % par rapport à l'an passé.

Sont considérées comme des lignes à très haut débit les connexions délivrant un débit descendant supérieur ou égal à 30 Mbit/s. Il s'agit d'un seuil relativement bas, d'autant que l'ARCEP l'avait fixé bien plus haut il y a quelques années. En 2010, sa documentation indiquait qu'une offre très haut débit est capable de fournir "un service d’accès à Internet avec un débit crête descendant supérieur à 50 Mbit/s".

L'ARCEP a choisi d'abaisser la démarcation entre haut et très haut débit suite aux nouveaux seuils fixés par la Commission européenne dans le cadre de son agenda pour l'Europe à l'horizon 2020. Mais au-delà du Vieux Continent, il n'existe pas de consensus sur le sujet : ce qui peut être considéré comme du très haut débit aux USA sera classé dans la catégorie haut débit au Japon et en Corée du Sud, par exemple.

Si l'on intègre les autres technologies utilisées pour le très haut débit, comme le câble et le VDSL2, il y a en tout 3,8 millions d'abonnements en France (en hausse de 68 % sur un an). Comme toujours, le nombre de foyers éligibles est nettement plus élevé : fin juin 2015, l'ARCEP en comptait 13,9 millions (+20 % sur un an), dont 4,7 millions dans le cadre de la fibre optique FTTH (+39 % sur un an).

Rappelons qu'il est possible de connaître le niveau des débits près de chez soi en consultant l'observatoire de la Mission Très Haut Débit. Celui-ci permet de visualiser facilement sur une carte les débits théoriques des différents réseaux filaires éligibles (DSL sur cuivre, câble coaxial et fibre optique). Un bémol : seuls les débits descendants sont représentés.

( photo : CC BY Orange-fr )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés