On doute que c'était calculé, mais ça aura au moins eu pour effet de faire parler de lui. Google a précisé qu'il faisait de l'humour, dans son tweet laissant entendre que les modules du Project Ara n'étaient pas suffisamment bien accrochés au téléphone, ce qui expliquait que le smartphone modulaire soit repoussé à l'année prochaine.

Les ingénieurs qui développent le Project Ara sont sans aucun doute d'excellents techniciens, mais ils devraient laisser la confection de l'humour à d'autres. Hier, toute la presse spécialisée (dont Numerama) a relayé un message que tout le monde a pris au premier degré, qui semblait expliquer pourquoi le projet de téléphone modulaire de Google était repoussé à 2016, alors qu'il aurait dû être commercialisé avant la fin de l'année. Bien qu'amusante à s'imaginer, l'explication semblait crédible : les modules du téléphone qui tiennent par électro-magnétisme ne tiennent pas en place, ou pas suffisamment bien.

Le tout était résumé par le hashtag #FailedTheDropTest, que l'on pourrait traduire par "n'a pas passé le test de la chute".

L'équipe de Project Ara avait même indiqué travailler sur une nouvelle solution pour attacher ou détacher les modules qui permettent d'assembler un téléphone sur mesure en choisissant son capteur photo, son stockage, sa batterie, son module NFC, etc.

Mais Google a dû intervenir pour éteindre le petit feu des moqueries qui s'était allumé. "A propos, le #FailedTheDropTest était une blague. Il n'y a pas eu d'échec", assure l'équipe, qui confirme toutefois que l'électro-aimantation prévue initialement pourrait être abandonnée, ou au moins complétée par un autre mécanisme. "Nous configurons une nouvelle solution. Elle est aussi meilleure".

Et l'équipe confirme également avoir un humour bien particulier, en concluant cette fois par ce hashtag : #WorkingOnOurHumor.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés