Google affiche désormais les paroles de certaines chansons directement dans son moteur de recherche. L'entreprise américaine poursuit ainsi sa stratégie de devenir un "moteur de réponse", quitte à s'approprier des contenus provenant de sources tierces.

Depuis maintenant deux ans, Google ne se contente plus de dire où se trouvent les réponses aux questions que les internautes se posent lorsqu'ils utilisent son moteur de recherche. Pour certaines requêtes, l'entreprise américaine affiche directement les informations recherchées sur son service au lieu de se contenter de lister et de hiérarchiser les pages les plus pertinentes.

Ce faisant, Google est de plus en plus un "moteur de réponse". Déjà, la firme de Mountain View s'occupe des formules mathématiques, de la météo, de la bourse, de données socio-économiques, de recettes de cuisine, de questions techniques, de personnalités ou d'œuvres d'art. Dans la majorité des cas, les informations proviennent d'autres sites web sur lesquels Google s'appuie, comme par exemple Wikipédia.

Maintenant, Google s'attaque aux paroles des chansons. TechCrunch vient de constater que les recherches sur certains titres, par exemple Stairway to Heaven de Led Zeppelin, sont accompagnées d'un extrait conséquent (dans le cas de Stairway to Heaven, sont affichés trois strophes et deux refrains). Pour afficher le reste, un lien conduisant vers Google Play est proposé.

Comme le note TechCrunch, Google met en avant son propre service avant d'afficher les autres sites qui proposent eux aussi de consulter les paroles de la célèbre chanson. Mais selon nos constatations, ce service n'est pas encore actif sur la déclinaison française du moteur de recherche. En outre, certaines requêtes ne donnent rien (par exemple Blank Space, de Taylor Swift).

Google n'est pas le seul moteur de recherche à faire ça. Bing, qui appartient à Microsoft, propose lui aussi depuis quelques mois de visualiser directement les paroles de chansons au lieu de se rendre sur un site. Mais le rapport de force n'est pas tout à fait le même (même s'il n'est pas aussi déséquilibré qu'en Europe), dans la mesure où Google gère près des deux tiers des requêtes outre-Atlantique.

Cette nouvelle fonctionnalité, pratique pour les internautes, aura vraisemblablement un impact sur le trafic des sites qui proposaient de consulter les paroles. Pour les sites de paroles doivent négocier les droits, ce sera un rude coup à encaisser. En la matière, il n'y a guère de marge de manoeuvre, sauf à relancer le débat sur la position dominante de Google dans la recherche en ligne.

( photo : CC BY-NC-SA ellajphillips )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés