La Banque d'Angleterre estime que la généralisation du Bitcoin pourrait affecter la stabilité financière du Royaume-Uni. Cependant, l'institution note que certains aspects de la monnaie électronique (volatilité, spéculation...) ne lui permettront pas de véritablement percer auprès du grand public.

La Banque de France n'est pas la seule institution à observer avec méfiance l'émergence du Bitcoin. Outre-Manche, la Banque d'Angleterre considère que cette monnaie électronique pourrait constituer une menace pour la stabilité financière au Royaume-Uni si celle-ci devenait véritablement populaire. Cependant, elle ajoute qu'il est peu probable que le Bitcoin prenne une telle ampleur.

Dans les documents de la Banque d'Angleterre consultés par le Guardian, il est souligné que "les restrictions sur le nombre de Bitcoins en circulation, sa volatilité inhérente et la perspective d'une hausse des coûts moyens de transaction" bloqueront tôt ou tard la démocratisation en cours de cette devise. La Banque d'Angleterre ne voit pas de bouleversement du système monétaire, même à long terme.

De façon générale, les réflexions de la Banque d'Angleterre sur le Bitcoin sont très similaires aux remarques déjà adressées par d'autres institutions. Outre les points mentionnés ci-dessus, le risque de piratage ou de perte des fonds obtenus par les internautes et la spéculation sont des points qui devraient dissuader la majorité de la population à se lancer dans l'aventure.

Les mises en garde la Banque d'Angleterre surviennent au moment où Coinbase, l'un des principales places de marché pour le Bitcoin, a annoncé l'extension de ses activités en Europe. Si le Royaume-Uni ne figure pas sur la liste des treize pays ciblés par la plateforme, l'on trouve néanmoins de nombreuses nations appartenant à la zone euro.

En France, dans la foulée de l'avertissement émis par la Banque de France sur les risques d'une monnaie électronique qualifiée de "hautement spéculative", l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution était sortie de sa réserve et chargé le Bitcoin. Un rapport rédigé par TRACFIN propose de son côté d'encadrer plus fortement l'usage de cette devise.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés