En choisissant Android, le destin de Nokia aurait pu être radicalement différent. Maintenant que l'activité mobile de la société européenne est désormais sous le contrôle de Microsoft, les langues se délient. Il apparaît aujourd'hui que Nokia avait prévu un plan B avec des smartphones sous Android. Mais les intentions de Microsoft n'ont pas permis de le mettre à exécution.

L'histoire de Nokia aurait pu prendre un tournant radicalement différent si Microsoft n'avait pas jeté son dévolu sur le constructeur finlandais. Sans l'immixtion de l'entreprise américaine, qui a finalement débouché sur l'acquisition de l'activité mobile de son partenaire, c'est vraisemblablement vers Android que Nokia se serait tourné. La transition vers l'O.S. était même envisagée à la fin 2014.

Bien avant l'opération financière survenue au début du mois, Nokia avait mis en place une équipe pour tester des smartphones Lumia sous Android. D'après le New York Times, qui s'appuie sur des sources restées anonymes, les cadres de Microsoft étaient au courant des essais et n'ont pas cherché à s'y opposer. Et d'après les contacts du journal, le portage d'Android sur Nokia n'a pas été d'une grande difficulté.

Les éléments rapportés par la presse américaine jettent un éclairage nouveau sur le rendez-vous manqué entre Nokia et Android. Sans le rapprochement stratégique avec Microsoft, sans l'achat à 5,4 milliards d'euros, le destin de la firme européenne aurait-il pu être différent ? C'est la question qui peut se poser, alors que son avenir va désormais se jouer chez Microsoft.

Officiellement, Nokia a toujours écarté l'idée de rallier Android malgré la perte de vitesse de Symbian (le système d'exploitation mobile utilisé auparavant) dans la compétition des smartphones et les sollicitations de Google. Tenu ensuite par son accord avec Microsoft, le groupe européen a poursuivi dans cette voie en rejetant Android, sans parvenir à remonter la pente ni convaincre les observateurs.

Bien sûr, il est toujours plus facile d'analyser la pièce une fois celle-ci jouée, d'autant que le succès de l'autre voie n'était pas garanti. Mais les orientations de Nokia peuvent être discutées dans la mesure où, nonobstant la perte de sa place de leader dans le marché des smartphones, la société finlandaise a fini par perdre son indépendance suite à l'opération financière de Microsoft, annoncée début septembre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés