Il ne s'agit pas encore d'une fusion, mais d'un rapprochement. SFR et Bouygues Télécom ont annoncé lundi soir leur intention de partager une partie de leur réseau mobile, s'ils obtiennent le feu vert des autorités.

SFR et Bouygues Télécom se rapprochent. Les deux opérateurs ont annoncé lundi soir dans un communiqué leur entrée en négociation exclusive pour le partage d'une partie de leur réseau mobile. "La mutualisation envisagée par Bouygues Telecom et SFR d’une partie de leurs réseaux mobiles, serait comparable à des dispositifs du même type déjà mis en œuvre dans d’autres pays européens. Chaque opérateur conserverait une capacité d’innovation autonome et une indépendance commerciale totale", précisent les deux concurrents, destinés à devenir partenaires.

L'accord dont le périmètre exact n'est pas communiqué pourrait aboutir d'ici la fin de l'année, s'il est validé à la fois par les instances représentatives du personnel, et par les Autorité de la concurrence et Autorité de régulations des communications électroniques et des postes, qui devront donner leur avis.

On sait l'Arcep particulièrement attachée à la diversité des opérateurs avec l'arrivée de Free Mobile qu'elle a constamment soutenue. L'un des points clés du feu vert devrait être la portée exact du partage du réseau, notamment au regard de la 4G. Le mois dernier, Bouygues a déposé recours auprès du Conseil d'Etat pour obtenir une réduction de la facture de la 4G.

Le rapprochement entre SFR et Bouygues Télécom n'est probablement qu'une première étape en vue d'une future fusion entre les deux opérateurs. L'an dernier, SFR s'était montré ouvert à toute alliance, y compris avec Free. Ce dernier aurait par ailleurs proposé de racheter Bouygues Télécom, mais s'était opposé à Martin Bouygues, qui avait dit "préférer crever" que de vendre à Free.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés