Aux yeux de la fondation Mozilla, Firefox OS n'a pas pour objectif de détourner les fabricants de smartphones d'Android. En revanche, le système d'exploitation peut servir de contrepoids à la plateforme mobile promue par Google et dont la part de marché est devenue très importante.

Soutenu par Google, Android dispose d'une part de marché considérable dans le segment des smartphones. Selon les estimations du cabinet IDC, trois terminaux intelligents sur quatre fonctionnent avec Android (novembre 2012). Chaque jour, 1,5 million de nouveaux smartphones (avril 2013) équipés de ce système d'exploitation sont activés, pour un total cumulé de 900 millions (mai 2013).

S'il existe bien d'autres plateformes mobiles, aucune n'est en mesure de rivaliser avec Android. Le candidat le plus sérieux, iOS, est très loin derrière avec une part de marché de 14,9 % selon les mesures d'IDC. Les choses pourraient néanmoins évoluer dans un avenir proche, avec l'arrivée de nouveaux compétiteurs comme Firefox OS, Ubuntu et Tizen.

Ces systèmes parviendront-ils à ébranler l'hégémonie croissante d'Android ? En tout cas, la fondation Mozilla n'est pas hostile à l'idée que Firefox OS devienne un contrepoids au système d'exploitation mis en avant par Google. Questionné par DigiTimes, le vice-président senior en charge de la division mobile chez Mozilla et directeur des opérations en Asie a évoqué cette perspective.

"Pour les fournisseurs qui adoptent Android, ils chercheront des plateformes alternatives pour contrebalancer [l'O.S.]. Certains d'entre eux sont inquiets à l'idée que Google puisse changer les règles concernant Android ou favoriser à terme Motorola Mobility", explique Gong Li. D'autant que Google est accusé d'entraver la concurrence dans d'autres secteurs, comme la recherche en ligne, en faussant la compétition.

Gong Li ne croit pas que les constructeurs abandonneront Android pour Firefox. Cependant, ils devraient profiter de Firefox OS pour diversifier leur offre en soutenant deux à trois systèmes d'exploitation différents. De cette façon, la part de marché relative d'Android diminuera et les fabricants réduiront leur dépendance à un seul acteur. Sauf si Google fait pression pour les empêcher de voir ailleurs.

Impossible ? Ce scénario doit quand même être pris en compte. L'an dernier, Google aurait exercé une forme de chantage sur Acer afin que le constructeur taïwanais ne présente pas un nouveau mobile sous le système d'exploitation Alyun OS, conçu par le moteur de recherche chinois Alibaba. Un comportement problématique s'il se confirme, tandis que le monopole d'Android en Chine se met en place.

Outre le rôle potentiel de Firefox OS face à Android, Gong Li a expliqué que la fondation Mozilla n'a pas l'intention de devenir un constructeur de smartphones pour éviter tout conflit d'intérêt avec ses ambitions dans l'écosystème mobile. Cela serait perçu comme une menace par les autres fabricants, qui pourraient répliquer en excluant Firefox OS de leurs plans.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés