SFR devra verser un euro de dommages et intérêts à Orange pour avoir critiqué les offres 4G de ce dernier. Le tribunal de commerce de Paris a en effet considéré que les propos tenus par le PDG de SFR dans un journal local étaient de la concurrence déloyale.

On a connu des sanctions autrement plus sévères, bien que les faits observés par le tribunal de commerce de Paris ne soient pas exactement de la même intensité. En effet, alors que Free Mobile a été condamné à verser 25 millions d'euros à Bouygues Télécom, ce dernier ayant été lui-même condamné à dédommager la filiale d'Iliad à hauteur de 5 millions d'euros, SFR s'en tire très bien de son côté.

L'opérateur a été condamné à verser un euro de dommages et intérêts à Orange pour des propos qu'a tenu son PDG, Stéphane Roussel, lors d'un entretien avec le journal Objectif Languedoc-Roussillon. Celui avait clamé que l'opérateur historique avait "du mal à s'organiser au niveau qui est le nôtre sur la 4G", ajoutant que seul SFR était en mesure d'"accompagner un usager dans tout son parcours numérique".

Bien que symbolique, la décision du tribunal de commerce de Paris sanctionne des propos en apparence anodins, considérés comme de la concurrence déloyale. Orange y trouve en tout cas son compte. "Nous nous réjouissons de cette décision qui sanctionne un certain nombre de dérives dans la communication de certains opérateurs sur la 4G de leurs concurrents", a réagi la firme, citée par Ouest-France.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés