Free Mobile fait preuve de débrouillardise pour soutenir le développement de son réseau téléphonique. Il a en effet été constaté que le quatrième opérateur exploite les fréquences de la bande 3,5 GHz, via sa licence Wimax, pour acheminer des données entre ses installations.

Lors du processus d'attribution de la quatrième licence 3G, l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes a évoqué l'emploi du Wimax par Free Mobile pour développer son réseau. Dans un avis rendu public en décembre 2009, le régulateur écrivait alors que Free Mobile pourra s'appuyer "des technologies radios alternatives Wi-Fi ou autres (Wimax, Femtocell…)".

En effet, Iliad dispose d'une licence Wimax à l'échelle nationale. Or selon les constatations réalisées par le site Lowcost Mobile et rapportées par Freenews, l'opérateur se sert bien de sa licence Wimax pour acheminer les communications vers ses antennes-relais 3G. Le site publie une photographie d'un pylône sur lequel des antennes Wimax côtoient des antennes-relais 3G.

La licence Wimax d'Iliad permet à Free Mobile d'exploiter des fréquences dans la bande 3,5 GHz. Cependant, celles-ci ne sont pas directement utilisées par la clientèle de l'opérateur. Elles sont néanmoins le trait d'union entre le réseau du trublion des télécoms et certaines de ses infrastructures. Façon pour l'opérateur de mettre à profit sa licence Wimax, qui jusqu'à présent était quelque peu délaissée.

Ainsi, comme le note Freenews, l'usage des fréquences Wimax pour effectuer la liaison entre les antennes-relais 3G de Free et ses stations de base constitue une alternative pour déployer rapidement de nouvelles installations. Cette technologie  s'avère particulièrement intéressante lorsque la distance entre un répartiteur téléphonique et une antenne-relais est trop marquée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés