On connaissait les bons et les mauvais chasseurs. Il y aura désormais les bons et les mauvais bloqueurs de publicité en ligne. AdBlock Plus, qui fait référence dans le domaine, a publié un communiqué pour s'opposer à la façon dont Free a décidé de bloquer par défaut les publicités, sans laisser d'autres choix à l'abonné que de désactiver l'option ou de la conserver sans contrôle possible.

Les créateurs de la célèbre extension pour navigateurs AdBlock Plus, qui permet de bloquer tout ou partie de la publicité en ligne, s'oppose à la façon dont Free a implanté son propre bloqueur de publicités sur la Freebox Révolution (ce qu'il a finalement supprimé ce lundi). "AdBlock Plus milite pour un internet plus propre et non pas sans publicité", rappelle Till Faida, le cofondateur de l'extension.

"Contrairement à la controverse de Freebox et un fonctionnement d'opt-out, nous donnons le choix aux internautes, par l'intermédiaire de listes blanches (liste des éditeurs en accord avec AdBlock Plus), toujours avec l'aide d'une communauté de développeurs vigilants".

Le mois dernier, l'extension a été modifiée pour laisser passer les publicités dites "acceptables", qui n'imposent ni son, ni animation, ni contextualisation en fonction du profil de l'internaute. Depuis, l'éditeur tente de discuter avec les professionnels de la publicité en ligne pour déterminer ce qui est "acceptable" et ce qui ne l'est pas, et établir ensemble une forme de charte de la publicité.

"Il est important de noter que nous ne sommes pas contre les publicités sur Internet, nous sommes : 1/ pour le choix et 2/ pour la protection de la vie privée", insiste l'éditeur d'AdBlock Plus.

Dans un communiqué, l'éditeur rappelle qu'il permet à l'internaute de "choisir parmi les publicités dites acceptables et les publicités intrusives en laissant le contrôle aux utilisateurs", alors que l'outil de Free bloquait toutes les publicités (en réalité principalement voire exclusivement celles de la régie Google), sans distinction possible.

"AdBlock Plus réaffirme son positionnement d'outil gratuit indispensable pour faire le choix entre vie privée et vie publique, contrairement à des outils de blocage de publicité, par défaut et sans consentement explicite des internautes", indique le communiqué.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés