Alors qu'Orange a annoncé le lancement de Party Call sur Facebook à l'été 2013, une start-up californienne affirme qu'elle avait présenté exactement la même idée à l'opérateur lors d'une réunion avec France Telecom il y a quelques mois seulement. Elle demande à Orange d'annuler le lancement.

Le mois dernier, Orange a présenté une série de nouveautés à venir dans ses offres de services, dont l'application Party Call qui permet aux abonnés d'Orange de converser facilement avec leurs amis sur Facebook. L'abonné initie une conférence téléphonique, puis invite des amis Facebook à la rejoindre, ou la rend publique sur son mur. La conversation utilise alors le réseau téléphonique des opérateurs plutôt que l'application Skype intégrée dans Facebook. L'opérateur était fier d'expliquer qu'il était le premier et seul opérateur mobile au monde à disposer d'un tel partenariat avec le réseau social de Mark Zuckerberg.

Mais Orange est accusé d'avoir purement et simplement volé le concept à une start-up californienne qui lui avait présenté une technologie très proche l'été dernier. Techcrunch révèle en effet que la société Telesocial a envoyé une mise en demeure à Orange pour qu'il renonce au lancement de Party Call, prévu pour l'été 2013. La start-up avait présenté il y a quelques mois à Orange sa propre solution baptisée "Call Friends", dont on peut voir la présentation ci-dessous, et aurait même suggéré plusieurs autres noms possibles, dont Party Call. 

Telesocial s'est pour le moment contenté d'une mise en demeure, mais préparerait une éventuelle action en justice pour violation des accords de confidentialité, des secrets commerciaux, ou encore pour contrefaçon de brevets et de design.

De son côté, Orange affirme qu'il a développé la technologie lui-même, en partenariat avec Facebook, et qu'il a déposé la marque "Party Call" le 30 octobre 2012, sans que Telesocial ait lui-même fait un usage commercial de la marque avant l'annonce du produit le 22 novembre dernier. "Certaines des fonctionnalités ont fait l'objet d'un dépôt de brevets par Orange en France", ajoute l'opérateur.

Tout le problème est de savoir si Orange a effectivement copié l'idée après qu'elle lui a été présentée, ou s'il a simplement découvert que Telesocial n'avait rien de plus à offrir que ce qu'il avait lui-même dans ses cartons. A cet égard, Telesocial affirme que des négociations avancées avaient été menées avec France Telecom, mais que l'accord aurait échoué face à la demande d'exclusivité formulée par Orange, et refusée par la start-up.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos