Avec le lancement d'Amazon Cloud Player en France, Amazon propose implicitement aux internautes de blanchir leur collection de MP3 vers un service de stockage et de streaming à distance, légalisé par un accord avec les maisons de disques. Le stockage reste gratuit jusqu'à 250 morceaux envoyés. Ensuite, il faut payer 25 euros par an.

Six mois après avoir lancé le service de streaming Amazon Cloud Player aux Etats-Unis, Amazon a annoncé mardi le lancement du service d'hébergement et de lecture à distance de fichiers MP3 en France. Il permet aux utilisateurs d'écouter leur discothèque stockée sur les serveurs d'Amazon depuis n'importe quel appareil ou ordinateur, qu'il s'agisse d'une tablette Kindle ou d'un smartphone sous Windows Phone ou Android, ou encore d'un ordinateur sous Mac OS ou Windows. Les fichiers sont lus dans une interface HTML, universelle.

A l'instar de ce que proposait déjà Apple avec iTunes, ou Google avec Google Music, Amazon propose une forme de blanchiment des MP3 piratés, automatiquement convertis vers des fichiers MP3 256 kbps dont les droits sont clearés grâce à l'accord signé cet été par Amazon avec les maisons de disques.

Les clients peuvent "importer facilement leur bibliothèque musicale dans Cloud Player à l'aide de la nouvelle technologie « scan and match »", et "Cloud Player passe alors en revue leur bibliothèque musicale iTunes ou Windows Media Player et identifie les morceaux correspondant à l’un des 20 millions de titres en catalogue". L'Américain précise que le service fonctionne aussi bien avec les chansons achetées sur iTunes que celles "gravées depuis un CD" (ahem…). En réalité, il fonctionne avec tout fichier MP3 (ou autre) présent sur le disque dur.

Concrètement, pour blanchir les MP3, il faut d'abord autoriser l'ordinateur depuis lequel la collection de MP3 sera scannée (le service ne fonctionne pas à partir de Google Chrome, il faut obligatoirement utiliser Firefox, Internet Explorer ou Safari). Jusqu'à 10 ordinateurs peuvent ainsi être autorisés, ce qui est largement suffisant pour la plupart des utilisateurs :

Les fichiers sont alors scannés, et s'ils dépassent les 250 titres, Amazon propose de payer un abonnement à Cloud Player Plus pour 25 euros par an. Il reste néanmoins possible de sélectionner les 250 titres maximum à conserver gratuitement :

Une fois le choix opéré, le logiciel d'importation d'Amazon tente d'associer les MP3 scannés au catalogue dont il dispose en magasin. Il reconnaît les fichiers aux formats MP3, M4A, WMA, WAV, OGG, FLAC et AIFF. En revanche, comble du comble, Amazon n'est pas capable d'importer les fichiers protégés par des DRM.

Et voilà, vos fichiers piratés sont devenus des fichiers légaux ! Ensuite, il suffit d'utiliser le Cloud Player d'Amazon comme n'importe quel autre lecteur multimédia, depuis n'importe quel navigateur moderne, après s'être loggé sur Amazon. 

Bien sûr, la légalisation des fichiers piratés a ses limites ; il sera impossible d'importer les MP3 "convertis" en 256 kbps, qui restent "piégés" dans l'enceinte du lecteur Amazon. Si vous souhaitez pouvoir stocker plus de 250 fichiers à écouter, il faudra débourser 25 euros par an, ce qui reste bien plus accessible que les 60 euros par an pour l'abonnement de base à Deezer Premium. Mais pour combler la différence de prix, Amazon mise sur sa force de vente de fichiers MP3, qui viendront directement s'ajouter à la bibliothèque stockés dans le Cloud Player.

Par ailleurs, à terme, si les ayants droit parviennent – comme à peu près toujours – à leurs fins, les services de cloud comme Amazon Cloud Player seront taxés au titre de la copie privée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés