La justice a donné raison à Asus dans le conflit qui l'opposait au fabricant de jouets Hasbro. Ce dernier avait entamé une action en justice contre l'industriel taïwanais au motif qu'il parasitait sa licence Transformers en ayant baptisé sa nouvelle gamme de tablettes "Trasnformer Prime". Pour le juge, la confusion n'est pas possible.

C’est une victoire pour Asus. Le constructeur informatique taïwanais vient en effet de se voir accorder par le tribunal fédéral de Los Angeles le droit de continuer à jouir de la marque Transformer Prime pour désigner sa tablette tactile. Hasbro, la société américaine à l’origine de la plainte et célèbre pour ses jeux et ses jouets, devra composer avec cette décision de justice ou faire appel.

Il faut remonter à décembre dernier pour retrouver les origines de cette affaire. Soucieux de préserver la très juteuse licence Transformers, Hasbro a cherché à empêcher Asus de sortir sa nouvelle gamme de tablettes numériques sous le nom de Transformer Prime. Pour le fabricant américain, qui a récemment produit la série télévisée Transformers : Prime, il s’agissait d’une très claire violation de marque.

Un avis que n’a pas partagé le tribunal de Los Angeles. Le site Paid Content rapporte que le juge en charge du dossier a estimé qu’il n’y avait pas de confusion possible dans la tête du consommateur entre le dessin animé Transformers : Prime et l’ordinateur Transformer Prime, dans la mesure où les produits en question sont suffisamment différents pour être facilement distinguables.

Autrement dit, impossible que les clients imaginent une seule seconde qu’une tablette tactile baptisée Transformer Prime ait un quelconque rapport avec une société proposant des figurines, des jeux vidéo, des comics, des films mettant en scène des robots venus de l’espace. De plus, les spécificités de la tablette montrent une certaine capacité de « transformation », puisqu’elle peut être branchée à un dock.

Dans ces conditions, la désignation d’une telle tablette sous le nom « Transformer » n’est pas du tout abusive aux yeux du tribunal. Dans la mesure où la tablette peutt se transformer en une sorte d’ordinateur portable, le tribunal n’a rien trouvé à y redire. En revanche, il a ajouté que Hasbro avait sans doute trop tardé dans son action en justice. La firme aurait pu réclamer une injonction préliminaire bien avant.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés