Free a conclu un partenariat avec la société spécialisée dans le crédit à la consommation Sofinco. Les deux entreprises vont proposer des téléphones à crédit aux clients Free Mobile, afin d'étaler le paiement du mobile sur une période de temps donnée.

Le contour des offres commerciales de Free Mobile commence à se préciser. Tandis que Xavier Niel met une grande pression sur les opérateurs télécoms concurrents en répétant à l’envi que son entreprise divisera la facture téléphonique par deux, de nouvelles informations ont été obtenues par François Sorel, journaliste à RMC et BFM. Nous apprenons en particulier que Free Mobile s’est allié à Sofinco pour proposer des mobiles à crédit.

Dans un message publié lundi soir sur Twitter, François Sorel a indiqué qu’un accord avec Sofinco a été passé pour vendre des téléphones mobiles à crédit. Chargée de proposer des crédits à la consommation, l’entreprise financera l’achat du téléphone mobile et le client devra par la suite rembourser progressivement l’avance pendant une période déterminée à l’avance, grâce à un échéancier.

Cette solution s’éloigne de celle actuellement en vigueur sur le marché français de la téléphonie mobile, où les opérateurs télécoms subventionnent l’achat d’un nouveau portable en intégrant une partie de son prix dans la facture mensuelle de l’abonné. Le système n’est toutefois pas très transparent pour le client. La solution retenue par Free Mobile doit justement mettre un terme à cette opacité.

Ce choix doit également permettre à Free de ne pas toucher à sa grille tarifaire, qui promet d’être particulièrement agressive par rapport à celles de la concurrence. Qu’un client renouvelle ou non son mobile, le prix du forfait devrait donc être assez bas. Seul celui qui choisit de renouveler son appareil devra, en plus, rembourser progressivement le téléphone tous les mois. Une solution qui est proche de celle mise en place pour Sosh d’Orange.

Toujours selon François Sorel, la couverture de Free Mobile sur le réseau 3G a bien progressé et « atteindra 27 % de la population en novembre« . Un seuil qui lui permet de respecter avec de l’avance les exigences de l’Autorité de régulation des télécommunications. « Il ne manquera plus ensuite que le go de l’Arcep pour lancer l’offre commerciale » a ajouté le journaliste, qui a publié par ailleurs la photo d’une carte SIM de Free Mobile.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés