HP serait revenu sur son projet de se séparer de sa branche PC pour en faire une entreprise indépendante. Ce projet, initié par l'ancien PDG, avait d'abord été soutenu par Med Whithman qui l'avait remplacé. Mais de nouveaux éléments financiers et la pression des distributeurs pourraient changer la donne.

HP ne sait décidément plus sur quel pied danser. Après avoir arrêté la commercialisation de ses terminaux sous WebOS en continuant d’affirmer qu’il n’abandonnait pas le système d’exploitation pour le réorienter vers les professionnels, après avoir changé de PDG et après avoir voulu, malgré tout, confirmer l’action entreprise par celui-ci de se séparer de sa branche PC (PSG : Personal Systems Group), voilà que la firme pourrait avoir de nouveau changé d’avis et souhaiterait garder le contrôle sur cette activité.

A l’origine de ce projet, Léo Apotheker (ex-PDG du groupe) avait évoqué des raisons de rentabilité, même si l’activité PC représente 30 % du chiffre d’affaires d’HP, soit 40 milliards de dollars (environ 30 milliards d’euros) en 2010. Mais l’idée pourrait être abandonnée à la lumière de nouveaux éléments financiers. En effet, selon le Wall Street Journal, les coûts de cette scission pourraient être plus importants que les économies ensuite réalisées.

La décision, dans un sens comme dans l’autre, devrait être entérinée par Meg Whithman, l’actuelle PDG, d’ici à la fin du mois d’octobre. Les distributeurs font actuellement pression sur la direction d’HP pour que l’entreprise garde cette compétence en interne. Ils seraient nombreux à annuler leurs commandes et à privilégier les ordinateurs de Dell ou Lenovo, en s’appuyant sur l’instabilité du groupe. HP doit donc réagir vite si la firme ne veut pas que les soucis de communication se transforment en problèmes plus importants.

Photo cc Steve Kay

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés