Une semaine après la décision de la Commission internationale du commerce, favorable à Apple, HTC change de fusil d'épaule. L'entreprise taïwanaise fait savoir qu'elle est disposée à discuter avec la firme de Cupertino pour tenter de résoudre à l'amiable leur conflit sur des brevets. Apple n'a pas encore réagi à la demande de HTC.

En mauvaise posture depuis sa défaite contre Apple devant la Commission internationale du commerce (ITC), l’arbitre des conflits de brevets sur le marché mondial, HTC tente depuis quelques jours de faire retomber la tension entre les deux groupes. Après l’escalade, le constructeur taïwanais veut montrer qu’il est disposé à discuter avec son rival… sans doute dans l’espoir de régler leurs différends à l’amiable.

Interrogé par Bloomberg sur la décision de la commission, le directeur financier de HTC a lancé un appel en direction d’Apple. Winston Yung a déclaré que son groupe était prêt à discuter d’un éventuel accord avec la firme de Cupertino, du moment que la solution choisie et les termes sont justes et raisonnables. Pour l’heure, Apple n’a pas donné suite à la proposition de HTC.

Si les deux parties ne parviennent pas à un arrangement, le contentieux se réglera devant les tribunaux. HTC, qui espère malgré tout s’entendre avec Apple, a prévu cette éventualité et a d’ores et déjà fait appel de la décision rendue par les commissaires de la Commission internationale du commerce. Mais avec un premier échec auprès de l’ITC, la perspective d’une défaite judiciaire sur d’autres brevets se concrétise, au grand dam de HTC.

Pour l’heure, deux brevets sont concernés par la décision de la Commission internationale du commerce. Le premier, déposé en 1999, porte sur un système de traitement en temps réel de données multimédias. Le second, enregistré en 1994, concerne un système d’adaptation des actions proposées à l’utilisateur en fonction des données affichées dans un document.

La décision définitive des commissaires est attendue pour le 6 décembre prochain. Une décision défavorable pourrait conduire la Commission à interdire la commercialisation de certains appareils aux États-Unis, qui est un marché essentiel pour HTC. On comprend mieux pourquoi le fabricant taïwanais souhaite se mettre autour de la table avec Apple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés