Apple a envoyé une mise en demeure au portail d'applications GetJar, spécialisé dans plusieurs plates-formes, pour le forcer à abandonner le terme "App Store". La firme de Cupertino bataille en effet pour en avoir l'exclusivité. Une action en justice est d'ailleurs en cours aux États-Unis, contre Amazon et sa plate-forme Appstore.

Le revers judiciaire essuyé la semaine dernière par Apple n’a en rien entamé la détermination de l’entreprise américaine à tout mettre en œuvre afin d’obtenir la maîtrise complète du terme « App Store ». Alors que la justice américaine veut la preuve que le nom Appstore utilisé par Amazon constitue bien une contrefaçon de marque et entraîne un risque de confusion pour le consommateur, Apple a ouvert un nouveau front.

Le Wall Street Journal nous apprend aujourd’hui que la firme de Cupertino a en effet envoyé une mise en demeure au site web GetJar pour lui demander de ne plus utiliser l’expression App Store. Les avocats de la firme américaine vont jusqu’à suggérer quelques exemples permettant de substituer ce terme par « service de téléchargement mobile » ou « service de téléchargement d’applications ».

L’entreprise américaine considère que l’association des mots « App » et « Store » forme une marque à part entière et que, de ce fait, les entreprises concurrentes ne peuvent lancer un service de téléchargement avec un tel intitulé. Autrement dit, App Store n’est pas un nom générique librement utilisable. Une position que conteste évidemment Amazon, qui a par ailleurs apporté quelques variations au niveau de la graphie et en accolant les deux termes.

Amazon et GetJar ne sont pas les deux seules entreprises à souhaiter utiliser l’expression App Store, contre l’avis d’Apple. D’autres constructeurs mobiles, dont HTC, Nokia et Sony Ericsson, souhaitent aussi pouvoir baptiser leurs boutiques d’applications mobiles ainsi. Ils ont saisi le bureau européen des marques il y a deux mois pour obtenir l’invalidation de la marque.

En ce qui concerne l’issue du conflit opposant Amazon à Apple, il faudra attendre. En effet, l’ouverture du procès a été fixé au 15 octobre 2012. De quoi permettre aux deux parties d’affuter encore un peu plus leurs arguments dans cette bataille sémantique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés