L'iPad, sauveur de la presse traditionnelle ? Selon une information relayée par Mercury News, Apple travaillerait sur un service d'abonnement dédié à la presse traditionnelle. Les internautes pourraient s'abonner sur l'App Store. Apple toucherait 30 % sur les abonnements et 40 % sur les recettes publicitaires.

Lors de la conférence All Things Digital organisée début juin, Steve Jobs s’était montré particulièrement élogieux à l’égard de la presse traditionnelle. « L’une des choses auxquelles je crois très fermement c’est que toute démocratie dépend d’une presse libre, en bonne santé » avait-il déclaré. Une position qui a pu surprendre, dans la mesure où Steve Jobs est à la tête d’une des plus grandes entreprises high-tech.

°videmment, Steve Jobs cherche avant tout à plaire à la presse traditionnelle pour l’inciter à se tourner vers l’iPad. Car si celle-ci peut être en bonne grâce à sa tablette tactile, ce n’est pas plus mal. Présenté en début d’année à San Francisco, l’appareil a été perçu comme la solution miracle pour aider les médias à se porter davantage encore vers la sphère numérique. Et inciter les internautes à acheter les titres faisant le pari de l’iPad.

Selon le site Mercury News, Apple aurait finalisé son modèle économique pour la presse en ligne. L’App Store devrait bientôt intégrer un service supplémentaire permettant aux internautes de s’abonner en ligne. La répartition des gains se ferait à deux niveaux : en ce qui concerne l’abonnement, Apple récupérerait 30 % de la somme. Pour la publicité diffusée dans les applications, la firme de Cupertino toucherait 40 % des recettes publicitaires.

L’abonnement suffira-t-il néanmoins à soutenir une presse papier sur le déclin ? Difficile en l’état de le savoir. Mais à l’heure où l’information se fait toujours plus immédiate et homogène, la différence viendra avant tout de la valeur ajoutée que les groupes de presse sauront placer dans ces applications. La taille de l’écran combinée à la technologie tactile sont deux aspects qu’il faudra prendre en compte pour apporter une expérience enrichissante et différente au lecteur.

Si l’information apportée par Mercury News s’avère exacte, elle rejoint en partie l’idée avancée il y a quelques jours par le fondateur de Wikipédia. La semaine dernière, Jimmy Wales avait expliqué que les applications payantes étaient plus adaptées pour soutenir l’activité des médias plutôt que la mise en place de péages à l’entrée des sites web.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés