Plus de cinq ans après les premières annonces affirmant que la discographie des Beatles allait être proposée légalement sur Internet, force est de constater que la situation est toujours bloquée. Et selon Yoko Ono, la veuve de John Lennon, rien n'indique que les choses vont se débloquer entre les différentes parties. Pendant ce temps, les réseaux peer-to-peer continuent de s'échanger la discographie des Fab Four.

Les aficionados des Beatles ne seront sans doute pas vraiment surpris, depuis le temps qu'ils attendent. Lors d'un entretien accordé à Reuters, Yoko Ono a confirmé que les discussions pour numériser les Beatles sur iTunes – ou sur n'importe quelle autre plate-forme de téléchargement légal – sont toujours dans l'impasse. Et selon la veuve de John Lennon, la situation n'est pas près de se débloquer.

L'hypothétique accord entre les différentes parties continue donc de jouer l'Arlésienne. Un constat malheureux, pour ne pas dire ubuesque, après plus de cinq ans de négociation. Car, rappelons-le, la disponibilité de la discographie des Fab Four a été annoncée à de nombreuses reprises : en avril 2006, en février 2007, en avril 2007, en mai 2007, en novembre 2007, en mars 2008 et en octobre 2008.

Cette situation n'a pas empêché les différents acteurs de commercialiser la musique du groupe et la marque Beatles dans différentes opérations. On a ainsi retrouvé les quatre Britanniques dans le jeu Rock Band, sur certains iPod ou encore dans des clés USB. Mais rien du côté des boutiques en ligne.

Agacés de ne rien voir à l'horizon, certains n'ont pas hésité à pirater la discographie du groupe, au risque d'être condamné à de la prison ferme. Mais les menaces des ayants droit ne découragent pas les internautes amateurs des Beatles. Les réseaux peer-to-peer regorgent de liens .torrent et de fichiers piratés sur le groupe. Une tendance qui n'est pas près de s'inverser, à en croire les propos de Yoko Ono.

En 2006, Ringo Starr déclarait que "la musique des Beatles sera un jour disponible en téléchargement". Il a raison. Il faut juste attendre que les chansons du groupe finissent par tomber dans le domaine public. Et puisque les ayants droit travaillent pour allonger la durée des droits, peut-être que la situation se débloquera dans plusieurs dizaines d'années.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés