Et si les consoles n'étaient plus uniquement destinées pour le jeu ? Avec l'augmentation spectaculaire des performances de ces machines d'année en année, les scientifiques estiment qu'un potentiel énorme se cache sous leur capot... surtout lorsqu'on les associe ensemble pour mettre en place un système de calcul distribué. Une équipe de l'université de Warwick a fait un premier pas en ce sens en utilisant le traitement parallèle de la Xbox 360.

Verra-t-on bientôt des scientifiques et des chercheurs faire la queue dans des boutiques de jeu vidéo lorsqu’une nouvelle console sortira sur le marché ? Si jusqu’à présent ces appareils n’intéressaient finalement que les joueurs, la puissance toujours plus impressionnante développée par ces concentrés de technologie intéressent de plus en plus le monde scientifique. Pour preuve, un groupe de scientifiques de l’université de Warwick a exploité la puissance de la Xbox 360 pour réaliser certaines modélisations complexes.

Ainsi, les chercheurs sont parvenus à utiliser la puissance de calcul d’une machine afin de modéliser les signaux électriques transmis par les cellules cardiaques endommagés. De plus, grâce au principe du traitement parallèle, il serait possible d’effectuer ce genre d’expérience tout en jouant à un jeu vidéo sans affecter d’aucune façon le plaisir du joueur. Or, dans la mesure où la Xbox 360 peut se connecter à Internet et être mise en relation avec d’autres consoles, peut-on imaginer le développement d’un système de calcul distribué ?

Le docteur Simon Scarle envisage sérieusement cette hypothèse « Cela peut être fait à travers quelque chose comme le Xbox Live » note-t-il. Mais si lier les différentes consoles pour réaliser des opérations encore plus spectaculaires est très alléchant pour les scientifiques, encore faut-il avoir les outils pour. « Sans outils de développement, cela ne sera pas simple » estime le scientifique.

Ce n’est pas la première fois que la science croise la route du jeu vidéo. Ainsi, le supercalculateur Roadrunner d’IBM, l’ordinateur le plus puissant du monde et basé dans le laboratoire national de Los Alamos au Nouveau-Mexique, utilise la même technologie que la PlayStation 3. Néanmoins, il semble que c’est la première fois qu’une Xbox ait été utilisée pour du traitement parallèle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés