Alors que la quatrième licence 3G est encore repoussée par les pouvoirs publics, de nouveaux candidats se manifestent comme acquéreurs potentiels, en plus de Free. Toutefois l'obtention de la licence pour Kertel sera délicate au regard de la situation télécom actuelle, où l'on assiste à une fusion entre les forfaits téléphonie mobile et accès Internet à domicile.

La quatrième licence 3G est-elle à la technologie mobile ce qu’est le vaporware au logiciel ? Après le nouveau report du dossier, l’Elysée ayant choisi de « temporiser » tout en assurant que « la procédure sera lancée dans les prochains jours« . Un report supplémentaire qui n’en finit plus d’agacer les candidats éventuels, mais également les consommateurs, impatients de voir arriver un nouveau challenger sur ce secteur plutôt moribond dans le domaine de la concurrence.

Souvenons-nous que l’ARCEP avait indiqué le mois dernier qu’il était « quasi-certain » que l’appel d’offres serait lancé « d’ici la fin du mois de juillet« . Mais la tension était montée d’un cran lorsque Orange avait menacé l’Etat d’actions contentieuses s’il ne relevait pas le prix de chaque lot de la quatrième licence, fixé à 240 millions d’euros après réévaluation par la Commission des participations et des transferts (CPD).

Si Free est le candidat le plus attendu pour cette licence, d’autres candidats ont manifesté un certain intérêt pour ce lot, comme Virgin Mobile, bien qu’en l’état actuel de l’univers télécom, sa candidature apparait comme peu crédible. En effet, nous assistons à une fusion des forfaits de téléphonie mobile et d’accès à Internet à domicile. Or si Free est aujourd’hui le seul opérateur ADSL à ne pas disposer de fréquences mobiles, Virgin Mobile n’est qu’opérateur virtuel mobile et ne propose aucune offre du même genre.

Malgré cette évolution de l’univers télécom, de nouveaux concurrents émergent et manifestent un grand intérêt pour la quatrième licence 3G. Dans un entretien à La Tribune, la société Kertel a déclaré vouloir « monter un dossier industriel et financier » solide pour se positionner correctement sur la ligne de départ. Mais tout comme Virgin Mobile, Kertel est un opérateur de réseau mobile virtuel (MVNO – Mobile Virtual Network Operator). En l’état actuel des choses, il apparait difficile pour l’entreprise de remporter cette course, du moins si elle reste seule.

Et si la quatrième licence 3G attise bien des convoitises en France, elle a également une valeur non-négligeable pour des firmes étrangères. Le géant égyptien Orascom Telecom Holding et le chinois Hutchison Telecommunications sont également sur la liste des candidats potentiels. Dans l’Hexagone, rappelons pour terminer que le groupe Bolloré et Numericable sont aussi sur les rangs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés