C’est une bonne nouvelle pour l’indépendance de Free, c’est une moins bonne nouvelle pour le développement du WiMax en France. Le groupe Bolloré a démenti « catégoriquement » l’information (désormais la rumeur) publiée la semaine dernière selon laquelle Free serait convoité par la société de Vincent Bolloré.

« Nous démentons catégoriquement cette rumeur qui n’a aucun sens« , a déclaré un porte-parole du Groupe Bolloré à Dow Jones Newswires. Le site Electron Libre avait affirmé que l’homme d’affaires avait proposé de racheter la maison mère de Free, Iliad, pour un prix fixé à 90 euros l’action. La complémentarité stratégique des deux groupes sur le marché de la téléphonie mobile autorisait de croire en la véracité de l’information, d’autant qu’il ne s’agissait pas d’une rumeur isolée. Déjà en début de mois, Bolloré avait dû nier l’existence de discussions avec Free, Google et Intel pour le développement du WiMax en France, rapportées par les Echos.

Boosté par la rumeur, le titre Iliad a bondi lundi jusqu’à 70,75 euros, pour finir à 67,62 euros en fin de journée, en hausse de 4 %. Mardi, refroidi par le démenti on ne peut plus ferme de Bolloré, le titre perd 1,86 % à la mi-journée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés