Ce vendredi 20 octobre, Xavier Niel recevait Jean-Paul Agon, PDG du groupe centenaire L'Oréal à la Station F. Vieille dame de la cosmétique parisienne, L'Oréal continue de construire son empire grâce aux acquisitions et investissements : sa place de choix à la Station F doit la lier au monde des startups de la beauté.

Pour évaluer l’emprise potentielle d’une firme sur la Station F, le mieux est de compter le nombre de postes qu’elle espère occuper sur place.

Ainsi, les Facebook et autres Microsoft ont rapidement installé des dizaines de postes dans le plus grand campus de startups du monde. Des acteurs moins liés à la tech s’y installent aussi, comme L’Oréal : le géant de la cosmétique va accaparer pas moins de 60 postes au cœur du nouveau centre parisien des technologies.

Comme l’explique Xavier Niel, les discussions avec Jean-Paul Agon, PDG de l’Oréal, ont commencé cet été et le plan stratégique a été décidé dans les mois qui ont suivi. Puis, le géant du cosmétique a tranché : sa division au sein de la station serait aussi importante que celle d’un pionnier de la technologie.

Conférence de presse L’Oréal-Station F, de gauche à droite, Xavier Niel, J.P. Agon, Lubomira Rochet / L’Oréal

Cosmétique et startups

La firme centenaire espère en effet y loger des startups spécialisées dans le domaine de la beauté numérique, qu’elle entend couver et aider grâce à un programme dédié pour ce grand hangar du XIIIe arrondissement.

Ce n’est pas tout à fait un saut dans l’inconnu puisque le Français est déjà participant de la Founders Factory à Londres qui lui a livré des technologies de marketing et de distribution précieuses. Lubomira Rochet, ex-salariée de Microsoft et chief digital officer de l’Oréal, nous explique ainsi que l’agence de mise en relations entre influenceurs et marques — nouvelle arme marketing de l’Oréal — est née dans un incubateur.

Distribution et marketing sont évidemment les grands domaines explorés par la technologie au nom des marque cosmétiques, mais d’autres domaines émergent : produits, expériences consommateurs, données, etc. Et en la matière, le géant ne veut pas s’imposer de limites : on parle ici de maquillage en réalité augmentée, mais également d’y couver des marques innovantes qui délivreront des produits cosmétiques. Rappelons qu’au CES, le Français présentait un patch intelligent contre les coups de soleil.

Lubomira Rochet et son équipe en charge de ces questions auront la responsabilité de lier les nouvelles pousses avec les grandes divisions du groupe, d’apporter du soutien, les laboratoires et parfois la distribution nécessaire aux startups. En outre, elle n’exclut pas de voir ces divisions bouger grâce aux innovations. M. Agon va dans le même sens, lui qui juge l’Oréal suffisamment décentralisé pour être ouvert aux idées qui naîtront près de la gare d’Austerlitz.

Désormais, les inscriptions sont ouvertes pour faire parti des incubés de l’Oréal.

Partager sur les réseaux sociaux