L'Apple nouveau qui se dessine est une société de services et de gadgets : ces deux secteurs en croissance sont les nouveaux moteurs de l'entreprise de Cupertino qui n'arrive plus à faire monter le nombre d'iPhone vendus. Qu'à cela ne tienne : le chiffre d'affaires, lui, grimpe toujours.

L’heure des résultats trimestriels d’Apple a sonné. Fini le temps où l’entreprise de Cupertino annonçait des trimestres record tous les trois mois. Apple va mourir ? Non, loin de là : un ralentissement de la croissance ne veut pas dire qu’Apple commence à perdre de l’argent. Mais les chiffres publiés par le géant montrent qu’il n’a pas encore trouvé la poule aux œufs d’or pour remplacer l’iPhone, qui était le fer de lance de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices nets ces dernières années.

Le tableau suivant reprend les chiffres bruts fournis par Apple. Il faut lire les unités vendues en milliers et les revenus en millions de dollars.

Q2 2017 (unités vendues) Revenus Q2 2016 (unités vendues) Revenus
iPhone 50 763 33 249 51 193 32 857
iPad 8 922 3 889 10 251 4 413
Mac 4 199 5 844 4 034 5 107
Services 7 041 5 991
Autres produits 2 873 2 189

Plusieurs choses sont à retenir. La première, c’est que même s’il se vend moins d’iPhone au deuxième trimestre 2017, les ventes ont engendré plus de revenus qu’au deuxième trimestre 2016. On explique cela par deux dynamiques, Apple ayant tiré l’iPhone dans deux directions. Les iPhone les plus chers sont toujours plus chers (iPhone 7 Plus) et l’iPhone le moins cher est un bon entrée de gamme de 4 pouces (iPhone SE). Cela permet à la fois de toucher plus de clients et de vendre plus cher un smartphone à ceux qui veulent le top de l’année. Cela permet d’avoir une baisse de 1 % des ventes, mais une augmentation de 1 % du chiffre d’affaires.

Le deuxième point important à noter, c’est que le Mac est en croissance. Malgré une cuvée 2017 qui n’est pas au goût de tout le monde côté MacBook Pro et MacBook Air, les laptops Apple se vendent bien en ce début d’année — à croire que beaucoup de clients attendaient un renouvellement et se sont contentés de ce que Apple avait à proposer… en attendant mieux pour l’année prochaine. Avec 4 % de croissances côtés ventes et 14 % côtés revenus, cela a clairement fonctionné sans casser la baraque.

Le plus intéressant reste pourtant les deux dernières catégories. Services (iCloud, Apple Music etc.) et Autres produits (Apple Watch, Apple TV etc.) sont les piliers de la croissance d’Apple depuis quelques trimestres maintenant et ce Q2 2017 ne vient pas contredire les précédentes analyses. Respectivement, les revenus liés aux services ont augmenté de 18 % et ceux liés aux autres produits, de 31 % d’année en année. Ce n’est pas une première, mais c’est intéressant de voir que les revenus cumulés de ces deux catégories autrefois annexes sont à égalité avec les ventes cumulées par les ventes d’iPad et de Mac — pour être exact, elles les dépassent même légèrement.

Le tournant du logiciel et des services a été clairement emprunté par Apple et avec succès — ce que ces chiffres confirment. Pour autant, tous ces services ne sauraient combler la stagnation des ventes d’iPhone. Un fait qui n’inquiète en rien les investisseurs et la bourse : l’action Apple a pris encore quelques points après l’annonce des résultats, culminant à 147,51 dollars — un nouveau record. L’iPhone des 10 ans qui se prépare y est peut-être pour quelque chose.

Partager sur les réseaux sociaux