Après une longue période de stagnation, Twitter a vu son nombre d'utilisateurs actifs augmenter, et les pertes de son chiffre d'affaire diminuer au cours du dernier trimestre. Néanmoins, le réseau social n'est pas encore rentable et peine à faire décoller l'engagement publicitaire.

Après plusieurs trimestres de stagnation, l’oiseau bleu prend à nouveau son envol. Le réseau social vient d’annoncer que son nombre d’utilisateurs actifs mensuels a augmenté de 6 % au cours du premier trimestre, rapporte Reuters. Une bonne nouvelle pour Twitter, qui multiplie actuellement les initiatives pour fidéliser son audience — et notamment sa dernière annonce en date, le lancement d’une « Twitter TV » en direct et en continu.

À l’international, Twitter annonce ainsi avoir gagné 9 millions d’utilisateurs au premier trimestre 2017, pour atteindre un total de 328 millions de membres actifs. L’augmentation n’est pas négligeable, au regard des précédents trimestres, comme le montre ce graphique publié par l’entreprise et relayé par Engadget.

En effet, les études de marché menées par le cabinet FactSet StreetAccount avaient plutôt anticipé une hausse atteignant les 321,3 millions d’utilisateurs mensuels. Le chiffre d’affaires du réseau social a quant à lui diminué de 7,8 % — soit 164 millions de dollars — pour se stabiliser à 548,3 millions de dollars ; il s’agit de sa première baisse depuis l’entrée en bourse de Twitter, en 2013.

Les revenus de la publicité en baisse

Si son nombre d’utilisateurs est en hausse, et que ses pertes sont en baisse, Twitter n’est pas épargné par une chute de l’engagement publicitaire sur ses plateformes. Cette baisse influence logiquement le montant des revenus générés par la publicité sur le réseau social.

Jack Dorsey, le PDG de l’entreprise, a affirmé que le réseau social était « encouragé par l’élan donné par la croissance de son audience », estimant que le réseau social devrait redevenir rentable. Il a toutefois reconnu que sa société risque d’être confrontée à des « retombées fiscales. »

Twitter

Une corrélation avec Trump mais pas de causalité prouvée

Étonnamment, le dirigeant n’a pas donné d’explication sur les raisons de cette hausse des utilisateurs actifs enregistrée par Twitter. Certains veulent y voir un lien direct avec le changement de titulaire du bureau ovale de la Maison Blanche aux États-Unis : Donald Trump utilise en effet régulièrement Twitter, à tel point que ses publications ont pu servir de base à des contestations de nature juridique.

Anthony Noto, directeur financier de Twitter, reconnaît une corrélation mais y apporte une nuance en précisant que le lien de cause à effet ne peut être prouvé.

Twitter va maintenant devoir se confronter à une mission difficile : inverser la tendance du côté de ses revenus, alors qu’il est en concurrence directe avec Facebook, Snapchat et Instagram dont les bases d’utilisateurs sont plus importantes que la sienne. Rappelons qu’en février 2017, l’oiseau bleu vallait d’ailleurs moins que Weibo, son clone chinois.

Partager sur les réseaux sociaux