Jimmy Iovine, le célèbre producteur en charge d'Apple Music, a détaillé la stratégie à moyen terme du service de streaming aux 20 millions d'abonnés. Il prône notamment le développement de productions vidéo exclusives mais refuse toute comparaison avec le modèle Netflix.

Apple Music, le service de streaming aux plus de 20 millions d’abonnés, intègrera bien de plus en plus de contenu vidéo original sans pour autant lancer de service concurrent à Netflix.

Jimmy Iovine, le légendaire producteur musical qui fait désormais partie de l’équipe en charge d’Apple Music — sans disposer de titre officiel au sein de la firme de Cupertino — a confirmé cette tendance, que nous évoquions dès janvier, dans une longue interview au magazine Variety : « Je ne suis pas d’accord quand je lis ici ou là qu’on s’attaque à telle ou telle plateforme. À mes yeux, il s’agit d’un seul service, Apple Music, qui inclut de la musique et des vidéos… ça n’a rien à voir avec ce que fait Netflix. »

Le producteur poursuit : « Nous essayons de transformer les services musicaux en point de référence culturel et c’est pour ça que nous nous tournons vers la vidéo. Ces vidéos sont destinées aux clients d’Apple Music comme à nos futurs clients. »

2017, l’année du déploiement

Apple Music s’oriente donc vers un service multi-formats, malgré son titre spécifiquement musical. Jimmy Iovine s’est en revanche bien gardé de préciser si les utilisateurs souhaitant accéder à ces contenus vidéo originaux devraient payer un supplément d’abonnement.

Ces productions exclusives, dont le lancement est prévu pour cette année, sont au cœur de la stratégie d’Apple. L’entreprise de Cupertino a annoncé le premier d’entre eux en février 2016 : Vital Signs, une série inspirée du vécu de Dr. Dre, le rappeur-producteur qui fait aussi partie des responsables d’Apple Music.

Plus récemment, Apple s’est offert les droits de Carpool Karaoke, une séquence très populaire du Late Late Show de James Corden, où ce dernier parcourt les rues de Los Angeles en voiture  avec des célébrités tout en chantant. Chaque épisode diffusé sur YouTube récolte des millions de vues — et même plus de 50 millions pour l’apparition de Michelle Obama. Si la version d’Apple se fera sans l’animateur vedette, l’entreprise mise clairement sur la renommée des stars invitées pour inciter le plus de monde à s’abonner au service.

Le streaming gratuit en cible de mire

Les annonces de séries estampillées Apple Music devraient donc se succéder au cours de l’année. Reste à savoir si elles seront suffisamment réussies pour augmenter considérablement le nombre de membres du service, qui continue de courir après son plus grand rival, le suédois Spotify.

Quant à l’avenir du streaming payant, dont il est un fervent défenseur, Jimmy Iovine décèle deux éléments essentiels dans le débat actuel, à commencer par un mariage intelligent entre la tech et le divertissement, deux mondes qui ne cessent de se rapprocher : « Les grandes entreprises de la tech achètent des sociétés de divertissement mais il faut nécessairement que quelqu’un, dans ces équipes, parle les deux langages, sinon ça ne marchera jamais. »

Le producteur appelle enfin à revoir le système utilisé actuellement pour établir le classement des albums et des morceaux les plus écoutés, qui prend en compte de manière indifférenciée le streaming payant et gratuit : « Un streaming gratuit ne devrait pas peser autant qu’un payant. […] Ça fait partie des nombreuses choses à régler si on veut que le secteur aille de l’avant. »

À lire sur Numerama : Un musicien indépendant révèle ses revenus sur les différentes plateformes de streaming

Partager sur les réseaux sociaux