Le Conseil d’orientation pour l’emploi s'est penché sur la question de l'automatisation dans l'économie. Il ressort de son étude que la destruction d'emploi causée par la robotisation ne sera peut-être pas si étendue que cela.

Les robots vont-ils prendre nos emplois dans un avenir proche ? À cette question un tantinet alarmiste, le Conseil d’orientation pour l’emploi apporte une réponse pour le moins rassurante : l’automatisation va certes remplacer des salariés dans un certain nombre de secteurs, essentiellement ceux ayant besoin d’une main d’œuvre peu qualifiée, mais de nombreux métiers seront épargnés.

Dans son rapport, l’instance dépendant du premier ministre explique que « moins de 10 % des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence dans un contexte d’automatisation ». Les agents d’entretien sont clairement les plus menacés : ils représentent à eux seuls 21 % de l’ensemble des métiers exposés à la robotisation de l’économie.

automatisation robotisation

Viennent ensuite les ouvriers qualifiés des industries de process et ceux, non qualifiés, de la manutention (6 % chacun), puis les ouvriers non qualifiés aux industries de process, les aides à domicile, les aides ménagères et les cuisiniers (5 % à chaque fois). Treize autres catégories de métiers sont mentionnées, toutes situées entre 2 et 4 %. Une bonne partie de ces emplois nécessitent des compétences manuelles.

Au total, le Conseil estime que cette menace est réelle pour 1,89 million de salariés. Plus de 320 000 agents d’entretien sont exposés à cette révolution technologique, les autres catégories se situant entre 30 000 et 90 000 postes. Dans le cas des conducteurs de transport par exemple, la suppression pourrait affecter un peu plus de 48 000 personnes. Les cuisiniers ne sont pas épargnés. Il pourrait y avoir plus de 70 000 dans ce secteur.

À ce sujet, la commission juridique du Parlement européen a justement adopté un amendement pour la mise en place d’une pénalité financière, rapporte Libération.

Le texte des parlementaires déclare que le développement de la robotique pourrait entraîner d’importants changements sociétaux, notamment la création et la perte d’emplois dans certains domaines. Il invite instamment la Commission européenne à suivre ces tendances de près et plaide pour de nouveaux modèles d’emploi ainsi que pour la viabilité du système fiscal et social actuel pour la robotique.

À lire sur Numerama : Quels sont les emplois les plus menacés par les machines  ?

Et les autres métiers alors ?

Le rapport publié cette semaine juge que l’automatisation devrait affecter au moins la moitié des emplois existants, au point de « voir leur contenu notablement ou profondément transformé ».

Faut-il, dès lors, s’alarmer de la robotisation de l’économie ? « S’agissant de leurs conséquences sur l’emploi, les robots, l’intelligence artificielle ou l’impression 3D ne justifient, ni frayeur ni exaltation  », tempère Marie-Claire Carrère-Gée, la présidente du Conseil d’orientation pour l’emploi. Si des emplois seront effectivement détruits, d’autres dont l’existence n’est même pas encore envisagée apparaîtront.

Sur leurs effets sur emploi, la robotisation et l’IA ne justifient ni frayeur ni exaltationi

« Les transformations d’emplois existants, pour être probablement de très grande ampleur, pourront constituer autant d’opportunités et rendre bien des tâches moins pénibles et plus performantes. Les pertes d’emploi, peut-être significatives, pourront être compensées, et plus que, par des créations d’emploi en France », ajoute celle qui est par ailleurs conseiller maître à la Cour des comptes.

La question de la robotisation de l’économie connaît un regain d’intérêt depuis plusieurs mois. Des candidats à l’élection présidentielle comme Benoît Hamon se sont emparés de ce sujet, en proposant par exemple un système fiscal plus juste et qui tienne compte de la robotisation. À l’échelon européen, Mady Delvaux a rédigé un projet de résolution dans lequel la proposition de faire cotiser les robots est avancée.

À ce sujet, la commission juridique du Parlement européen vient justement d’adopter un amendement pour la mise en place d’une pénalité financière, rapporte Libération. « Cette initiative législative invite la Commission européenne à présenter une proposition législative. Elle n’est pas contrainte de le faire, mais doit exposer ses raisons en cas de refus », explique les parlementaires dans un communiqué.

Un débat aura lieu en février au Parlement européen sur cette question.

À lire sur Numerama : Andrew McAfee  : taxer les robots  ? «  Faisons plutôt des impôts plus difficiles à contourner  »

Partager sur les réseaux sociaux