Mark Zuckerberg estime que Facebook est capable de devenir la plateforme de référence pour les producteurs de vidéos en ligne, et s'attaque frontalement à YouTube.

Alors que Facebook dépasse désormais les 1,5 milliards d’utilisateurs, Mark Zuckerberg a annoncé mercredi que huit milliards de vidéos sont vues chaque jour sur le réseau social par plus de 500 millions d’utilisateurs, un chiffre qui ne cesse d’augmenter (il est toutefois nuancé par des spécialistes de la vidéo en ligne, comme Hank Green qui rappellent qu’une vidéo est réputée « vue » dès la troisième seconde, contre 30 secondes sur YouTube).

Mark Zuckerberg ne cache pas l’intérêt stratégique de la vidéo pour Facebook, ni son ambition d’en faire un concurrent supérieur à YouTube. Il explique ainsi que « ces prochaines années la vidéo va devenir le contenu en ligne le plus engageant, et en continuant d’innover dans ce domaine nous avons une chance de construire le meilleur endroit pour regarder et partager des vidéos ».

Nous allons rémunérer les producteurs

Pour aider à y parvenir le réseau social a récemment mis en place un espace sur sa plateforme dédié à la vidéo, qui se positionne en concurrent direct de YouTube, et permis la création et la diffusion de vidéos 360°, qui prendront une nouvelle dimension avec la commercialisation de son casque Oculus Rift.

Mais le principal défi de Facebook reste d’attirer des contenus de qualité produits par les professionnels. « Il y a une certaine catégorie de contenu qui ne viendra à Facebook que si nous trouvons un bon moyen d’en rémunérer les propriétairesadmet ZuckerbergNous allons rémunérer les producteurs de contenus en fonction du nombre de vues ».

Depuis l’été dernier, Facebook teste en effet la publicité dans des « Vidéos suggérées » avec un petit nombre de créateurs-stars. Le contrat est calqué sur YouTube en proposant aux producteurs de percevoir 55 % des revenus publicitaires générés. Mais YouTube espère pour sa part convaincre les auteurs de lui réserver l’exclusivité, avec le lancement de l’offre payante YouTube Red qui promet de rémunérer davantage les vidéos, en partageant les revenus de l’abonnement, très supérieurs (par internaute) aux revenus tirés de la publicité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés