Interrogé en Allemagne à l’occasion de l’inauguration d’une usine Tesla, Elon Musk a indiqué que le FSD (Full Self Driving) pourrait débarquer en Europe fin 2022, deux ans après son introduction en bêta aux États-Unis.

Les propriétaires européens d’un véhicule Tesla pourront-ils profiter de la conduite entièrement autonome dès 2022 ? C’est en tout cas ce que leur laisse espérer Elon Musk, interrogé sur le sujet lors de l’inauguration d’une usine Tesla en Allemagne. « Je pense que, probablement, nous pourrons commencer à proposer une bêta à la fin de l’année », a indiqué le plus célèbre des patrons automobiles. Si cette phrase sort du lot, son explication était beaucoup plus nuancée et, comme Elon Musk a pu le prouver dans le passé, il a énormément de mal à répondre non quand on lui demande quelque chose. Au vu des législations et de la complexité des routes européennes, il semble quasiment impossible de voir Tesla lancer le FSD européen en 2022.

« En Europe, c’est illégal par défaut »

Dans sa réponse à la question d’un fan de Tesla, Elon Musk explique qu’il n’est pas facile d’amener la conduite autonome en Europe pour plein de raisons, à commencer par les petites règles divergentes en fonction des pays. Le système, qui tourne depuis l’automne 2020 aux États-Unis, ne peut pas simplement être envoyé sur l’ordinateur de bord des voitures européennes. Il y aurait forcément des problèmes importants, ce que Tesla ne peut pas se permettre.

Ensuite, Elon Musk rappelle que la conduite autonome est un sujet très compliqué d’un point de vue législatif. « Aux États-Unis, les choses sont légales par défaut. En Europe, elles sont illégales par défaut » s’amuse Elon Musk, qui ne peut pas se cacher derrière le terme « bêta » pour lancer un logiciel imparfait en Europe. Il est d’ailleurs peu probable que les autorités européennes (et celles de chaque pays) se penchent sur la question d’un logiciel en bêta. Elon Musk indique qu’il compte soumettre une version européenne du FSD dans 2-3 mois ce qui, pour celles et ceux qui n’ont pas fait LV2 Elon Musk, veut dire que les tests commenceront peut-être d’ici 6 mois (on plaisante, mais cette option est plausible 😅). La probabilité de voir les autorités européennes donner leur feu vert d’ici fin 2022 nous semble extrêmement mince.

Tesla Model 3 (2022)
La Tesla Model 3 (2022) // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Des améliorations prévues en 2022

Cependant, il y a peut-être un peu d’espoir pour les fans européens de Tesla. Des changements dans la convention de Vienne de 1968 devraient permettre aux nations européennes, dès cet été, d’adopter des règlements plus souples. S’il est peu probable de voir la conduite entièrement autonome autorisée, d’autant plus que les autorités ont plutôt tendance à vouloir brider l’Autopilot des Tesla, on peut espérer que cet assouplissement des règles permette à Tesla d’avancer plus vite. D’ici là, Elon Musk nous dira peut-être que « ça arrive dans 2-3 mois ».