Elon Musk a donné quelques détails sur l'ouverture des bornes Tesla aux autres voitures. Visiblement, l'utilisation sera simplifiée au maximum.

Le 20 juillet dernier, Elon Musk a annoncé une bonne nouvelle : l’ouverture du réseau des bornes Tesla, tout à la fois étendu et performant, aux autres constructeurs. Elle est normalement prévue d’ici la fin d’année et, en attendant, le milliardaire livre quelques détails sur le fonctionnement, en marge de la publication des résultats financiers.

On aurait pu craindre une utilisation plus complexe pour les propriétaires d’une voiture qui n’est pas une Tesla, les Superchargeurs n’étant pas pensés pour eux (c’est plug and play quand on a une Tesla). Mais Elon Musk tient des propos rassurants dans ses explications rapportées par Electrek le 26 juillet. Tout passera par une application ergonomique, depuis laquelle on pourra facilement gérer la charge et son moyen de paiement.

La prise d’une borne Tesla reliée à une Model 3. //Source : Louise Audry pour Numerama

Une simple application pour se recharger sur une borne Tesla

« On réfléchit à un processus simple où vous avez juste à télécharger l’application Tesla, à aller sur un Superchargeur, à indiquer sur quelle borne vous êtes, à brancher votre voiture, même si ce n’est pas une Tesla, et à activer la borne via l’application en indiquant la quantité d’électricité voulue, et cela devrait marcher pour la plupart des constructeurs  », indique Elon Musk. 

Il faut rappeler un détail important : en Europe, donc en France, les bornes de Tesla sont équipées de câbles CCS (V3) ou CCS/Type 2 (V2), ce qui les rend compatibles, d’un point de vue hardware, avec la majorité des voitures 100 % électriques du marché. Les conducteurs américains, en revanche, auront besoin d’un adaptateur, puisque les Superchargeurs sont pourvus d’un connecteur propriétaire sur ce marché. 

À gauche, une prise Combo 2, qui dispose de deux contacts supplémentaires pour le chargement en courant continu, par rapport au chargeur de type 2, à gauche, en courant alternatif // Source : Paul Sladen – Wikipédia

Par conséquent, l’ouverture du réseau Superchargeur aux autres ne devrait pas poser problème en Europe — sauf rares exceptions. Il reste néanmoins à confirmer la grille tarifaire qu’appliquera Tesla. Aujourd’hui, les propriétaires d’une Model S, d’un Model X, d’une Model 3 ou d’un Model Y paient environ 0,32 euro/kWh — un tarif très intéressant quand on le compare au concurrent Ionity (0,79 euro). On n’imagine pas Tesla proposer ce prix préférentiel à tout le monde, sous peine de froisser ses clients. Dans tous les cas, cela permettra au constructeur d’augmenter ses revenus.

Par ailleurs, il faudra voir à quel point les Superchargeurs pourraient se retrouver bondés du jour au lendemain, avec le risque de créer des files d’attente et, par extension, de la frustration. Si rapide puisse-t-elle être, la recharge d’une voiture 100 % électrique reste plus longue qu’un simple plein d’essence.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo