Microsoft va s'immiscer sur le segment de la conduite autonome, grâce à un investissement dans la division Cruise de General Motors. Le constructeur automobile est séduit par les solutions cloud développées par la firme de Redmond.

Microsoft va se lancer sur le segment de la conduite autonome. Mais tandis qu’on prête à Apple l’intention de commercialiser un jour une voiture, la firme de Redmond a préféré s’associer à un constructeur déjà établi. Dans un communiqué publié le 19 janvier, General Motors a annoncé un partenariat à long terme avec la multinationale, qui va investir dans la startup Cruise (dédiée à la conduite autonome).

Pour General Motors et Cruise, il s’agit d’un sacré coup de pouce. Microsoft va pouvoir apporter son savoir-faire technologique, notamment sur la partie logicielle. On parle aussi d’un nouvel investissement de 2 milliards de dollars, en compagnie de Honda. La firme japonaise a déjà injecté de l’argent dans Cruise à plusieurs reprises, rappelle Electrek dans un article également publié le 19 janvier.

Microsoft se rapproche de Cruise pour la conduite autonome // Source : Cruise

À quoi pourraient servir les technologies de Microsoft ?

Cruise compte utiliser la technologie cloud de Microsoft pour peaufiner le développement de la conduite autonome. L’infrastructure Azure est aujourd’hui l’une des plus avancées et efficaces pour la gestion des données et les outils cloud. La conduite autonome, basée sur une analyse constante de l’environnement et une intelligence artificielle pointue, en consomme beaucoup pour être opérante. C’est là où Azure intervient, avec une solution évolutive qui ne cesse de faire ses preuves et a déjà séduit d’autres industries (par exemple, Sony pour le jeu vidéo).

Cruise n’est d’ailleurs pas la seule entreprise automobile à se tourner vers Azure. En octobre dernier, Microsoft officialisait un rapprochement avec Wayve, une structure londonienne qui développe une intelligence artificielle dédiée à la conduite autonome. Elle a choisi Azure pour « sa fiabilité, sa sécurité et sa capacité à gérer beaucoup de données à la demande ». Cruise a donc frappé à la bonne porte. 

En parallèle, Microsoft va aider General Motors sur la partie cloud computing, un domaine que le constructeur américain maîtrise beaucoup moins. Enfin, on peut penser que les ingénieurs de Microsoft pourront donner quelques conseils sur tout ce qui touche à l’interface, afin d’offrir une meilleure expérience aux conducteurs et/ou aux passagers. Il n’est pas interdit d’imaginer des sources de divertissement intégrées aux futurs robotaxis de Cruise (comme un accès aux jeux Xbox). En tout cas, il y a des synergies évidentes à creuser.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo