Tesla a réussi à bloquer un petit boîtier qui permet aux propriétaires de Model 3 Grande Autonomie d'avoir une meilleure accélération. Le constructeur du boîtier a trouvé comment contourner cette protection en une semaine.

Cela fait plusieurs années maintenant que Tesla équipe ses véhicules de parties matérielles que l’utilisateur peut débloquer avec un paiement in-app. Économiquement, cela a du sens : Tesla économise en n’ayant qu’une chaîne de montage au lieu d’une par modèle et les clients pour qui ces options ne sont pas utiles peuvent payer un peu moins. Mais dès les annonces de Tesla concernant le boost de la batterie par un déblocage logiciel de quelques cellules supplémentaires, d’aucuns spéculaient sur la capacité d’ingénieurs tiers à déverrouiller ces fonctionnalités avec un bidouillage.

Ingenext vs Tesla : 2-1

Depuis quelques mois, une entreprise canadienne nommée Ingenext propose un petit module Boost 50, qui permet de débloquer le Boost de l’accélération vendu par Tesla sur les Model 3 Dual Motors qui ne sont pas estampillées Performance. Vendu un peu plus de 1 000 $ par Ingenext, le boîtier Boost 50 débloque les 50 chevaux supplémentaires promis par Tesla dans son option qui en vaut le double, et quelques suppléments (comme un mode drift). Le boîtier en lui-même se connecte au port MCU du véhicule et va s’occuper de déverrouiller ces performances supplémentaires, bridées uniquement par un logiciel (le matériel embarqué est équivalent au niveau des moteurs).

Bien entendu, ces modifications tierces ne sont pas au goût de Tesla. Fin août 2020, le constructeur américain a déployé une mise à jour pour ses véhicules qui inclut des lignes de code permettant de bloquer l’action du Boost 50. D’après Electrek, site de référence sur la mobilité électrique, la mise à jour logicielle de Tesla est si bien faite qu’elle a contraint Ingenext a sortir un deuxième boîtier physique, qui sera envoyé gratuitement aux clients. Les ingénieurs pensaient à tort que Tesla ne serait pas capable de bloquer si efficacement leur Boost 50 et qu’une mise à jour logicielle du boîtier suffirait. Cela montre en tout cas à quel point Tesla prend le sujet au sérieux.

Le Boost 50 d’Ingenext // Source : Ingenext

Mais la sortie du nouveau matériel d’Ingenext, après seulement une semaine de développement, montre aussi que l’entreprise ne va pas baisser les bras et entend continuer à fournir un suivi de ses solutions de contournement à ses clients. En plus, le boîtier additionnel propose d’ajouter des fonctionnalités au véhicule, au moyen d’une application web : contrôle des lumières d’ambiance, ouverture automatique de la porte du conducteur, ouverture des coffres avec un capteur de proximité et tout un tas de données techniques sur la voiture.

Reste à savoir à quel point l’usage sera marginal parmi les clients Tesla, une donnée qui décidera sans nul doute de la stratégie du constructeur. Pour l’heure, Ingenext a un coup d’avance.

Crédit photo de la une : Creative Commons Zero - CC0

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo