Nissan présente son crossover électrique Ariya à l'occasion du salon automobile de Tokyo. Il s'agit d'un concept qui préfigure une entrée en production imminente.

Il y a deux ans, au salon automobile de Tokyo, Nissan présentait le concept audacieux IMx. Aujourd’hui, à l’occasion du même événement, la firme nippone dévoile l’Ariya, une évolution du prototype plus proche d’un modèle de production. Il s’agit d’un crossover 100 % électrique qui sert d’avant-goût à la future signature esthétique du constructeur qui peut miser sur le succès de sa Leaf pour avancer sereinement.

Il est vrai que le Nissan Ariya est très élégant et n’a aucun élément futuriste qui le renverrait au simple rang d’étude de style. « Même s’il n’est qu’un concept, ce crossover électrique embarque des éléments intérieurs et extérieurs non conventionnels qui pourraient entrer en production dans un futur proche », explique Nissan. Autrement dit, l’Ariya pourra découler sur un véhicule commercialisable au look très, très proche. 

Concept Nissan Ariya // Source : Nissan

Un concurrent pour le Model Y de Tesla ?

Le Nissan Ariya repose en tout cas sur quelques arguments pour concurrencer le Model Y de Tesla, attendu pour la fin d’année prochaine sur les routes américaines. Sur les performances, on sait simplement que le crossover s’appuie sur des moteurs jumeaux permettant une accélération puissante (aucun chiffre précis n’est donné). Il reprend bien évidemment la batterie d’assistances ProPilot, ici en version 2.0 avec des fonctionnalités de conduite autonome (y compris du hands-off dans certaines situations).

Pour l’heure, Nissan préfère mettre en avant le design, notamment la face avant où l’habituelle grille des voitures thermiques est remplacée par un bouclier doté d’une texture 3D et bardé de capteurs pour aider le pilotage. La calandre en V est soulignée par des faisceaux lumineux de chaque côté.

Concept Nissan Ariya // Source : Nissan

Dans l’habitacle, le Ariya a tout d’une voiture que l’on pourrait acquérir aujourd’hui. Sur la planche de bord épurée trône un écran de 12,3 pouces (il y en a un autre derrière le volant). Nissan a supprimé les boutons physiques, hormis celui qui permet de démarrer le véhicule. Les différentes fonctionnalités répondent par l’intermédiaire d’une surface tactile à retour haptique. Elle révèle des commandes uniquement quand la voiture est en marche. Une sobriété qui tranche avec l’exubérance d’autres concepts plus audacieux.

Partager sur les réseaux sociaux