Au Portugal, les sociétés de VTC doivent se plier à plusieurs exigences pour continuer à exercer, depuis l'entrée en vigueur de la loi Uber, le 1er novembre 2018. Elles s'engagent notamment à ne pas laisser aux conducteurs la possibilité de noter les passagers. Mais la réciproque est toujours en vigueur...

Depuis le 1er novembre 2018, les sociétés de VTC doivent se contraindre à la nouvelle législation portugaise pour continuer leur activité dans le pays. Parmi les nouveautés, l’une résonne particulièrement à l’ère de l’économie collaborative :  les conducteurs d’Uber ou Taxify ne pourront plus noter leurs passagers, comme ils le font encore en France ou aux États-Unis.

Uber a dû mal à gérer les conséquences de son implantation rapide, partout dans le monde. S’il n’a aucun problème à trouver des utilisateurs, le géant américain doit se confronter à des législations nationales diverses. Or, la liste des pays européens qui suspendent les services de VTC s’agrandit chaque mois. Grèce, Slovaquie et Autriche ont déjà mis un terme aux autorisations des plateformes de VTC. De son côté, la Cour de justice de l’Union européenne permet aux régulateurs de considérer ces sociétés comme relevant de la réglementation des entreprises de transport, et non de celle des services.

Flickr/CC/Mark Warner

Notez les conducteurs, pas les passagers

Si aujourd’hui on propose aux utilisateurs de noter à peu près tout (et parfois n’importe quoi) l’économie collaborative sur laquelle s’appuie les services de VTC implique de plus en plus une réciprocité. Sur l’application d’Uber par exemple, vous avez accès à la note moyenne donnée par vos chauffeurs à partir de 5 voyages. Le géant américain a même récemment mis en place en Australie et en Nouvelle-Zélande un système d’exclusion des plus mauvais passagers. Les conducteurs peuvent s’appuyer sur cette note pour sélectionner leurs passagers, mais doivent justifier leur choix s’ils notent en-dessous de 4.

« Le Portugal sera le seul pays »

Au Portugal, la loi va interdire ce genre de notation. Uber et Taxify se sont empressés de préciser que le pays serait le seul à ne pas proposer la notation par les chauffeurs. La possibilité de notation par le passager est, à l’inverse, obligatoire sous la nouvelle loi portugaise. Présentes dans respectivement 65 et 29 pays, les deux startups n’ont pas intérêt à ce que cette décision forcée par le gouvernement portugais devienne la norme.

La note : un peu carotte, surtout bâton

La note a une place primordiale dans le système d’Uber. Si celle des chauffeurs descend en dessous de 4, le géant peut décider, unilatéralement et sans préavis, de désactiver leur compte. Parfois, ces arrêts de travail pour les conducteurs proviennent d’un seul commentaire particulièrement négatif. Le temps qu’Uber décide de la réactivation ou non de leur compte, les chauffeurs restent sans revenu et sans compensation, puisqu’ils ont le statut de travailleur indépendant.

La notation prend une place essentielle dans le fonctionnement d’Uber. // Source : Black Mirror / Netflix

Souvent critiqué pour son utilisation des notes, la startup américaine a décidé d’utiliser la carotte en plus du bâton et récompense depuis le 1er novembre les premiers de classe aux États-Unis. Avec une note au-dessus de 4,85/5 sur plus de 3 000 trajets, les chauffeurs atteignent les rangs platine et diamant du programme Uber Pro. Ce statut leur donne accès à une ristourne aux stations d’essences, une prise en charge partielle de la maintenance de leur véhicule dans certaines enseignes, et une bourse pour des cours en ligne de l’université d’Arizona State.

La notation des passagers permet aux chauffeurs de se protéger de clients peu scrupuleux. Et s’ils gardent le droit de refuser un passager au comportement dangereux, ils perdent aujourd’hui, au Portugal, une information qui leur était utile pour choisir leur client. Mais le client reste roi, et les chauffeurs ont désormais un moyen en moins de s’en protéger. Uber se décharge de cette responsabilité, puisque ses conducteurs ne sont pas employés, mais travailleurs indépendants.

Notation partout, tout le temps

Des bâtiments historiques sur Google Maps aux restaurants sur Trip Advisor, tout est soumis à la notation. La ministre de la santé Agnès Buzin avait même créé un tollé en septembre 2018 avec son plan de notation des services hospitaliers.

Un 4/5 qui paraît généreux peut avoir de lourdes conséquences

La note est par essence subjective, et peu sont conscients des conséquences que peut avoir une mauvaise notation. D’autant plus que dans le cas des services de VTC, l’exigence n’est pas à la moyenne, mais à la perfection. Et dans un système français où le 10/20 fait loi, un 4/5 qui parait généreux peut avoir de lourdes conséquences pour le chauffeur. Karen Levy, coauteure avec Luke Stark de l’article Le consommateur surveillant, pointe que l’usage de la notation par les nouvelles startups permet de transformer le consommateur en organe de contrôle. Le travailleur est ainsi responsable devant son manager, mais aussi devant son consommateur. Au Portugal, ce rapport sera désormais à sens unique.

Partager sur les réseaux sociaux