Uber a été contraint de mettre provisoirement entre parenthèses ses activités dans la capitale autrichienne après un verdict défavorable en justice. Mais l'entreprise assure que ce n'est que partie remise.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Uber en Europe : après la suspension de son service à Athènes et Bratislava,  ses difficultés à maintenir ses activités à Londres et l’arrêt de la Cour de justice de l’Union de permettre aux régulateurs de considérer la société comme relevant de la réglementation des entreprises de transport, et non celle des services, c’est d’Autriche qu’une nouvelle embûche est venue.

Dépôt de plainte

L’entreprise américaine spécialisée dans la mise en contact de particuliers avec des chauffeurs proposant un service de transport s’est en effet vue interdire de proposer les services UberX, UberBlack et UberVan à Vienne, la capitale autrichienne, par la justice. Une interdiction que le groupe entend toutefois combattre, indique-t-elle dans un communiqué repris par l’AFP.

« Nous travaillons intensément pour modifier nos pratiques afin d’être en mesure de vous offrir nos services à nouveau dans quelques jours », déclare-t-elle. Uber faisait face à une plainte déposée devant le tribunal de commerce de Vienne de la part d’une société locale de taxis qui estime que l’offre du groupe américain constitue une concurrence déloyale.

Partager sur les réseaux sociaux