Le décret mettant fin au dispositif de leasing de voitures électriques à 100 € par mois doit bientôt tomber. Ce n’est pour autant pas complètement la fin des bonnes affaires en matière de leasing, pour au moins encore quelques jours.

Un mois et demi, et puis s’en va. Il valait mieux se décider assez vite pour pouvoir bénéficier de la super-subvention de 13 000 € du gouvernement, valant pour la souscription d’un contrat de leasing social pour une voiture électrique. Face au succès de l’offre pour des véhicules électriques à moins de 150 € par mois, le gouvernement doit couper le robinet pour cette subvention. Selon un article des Échos du 12 février 2024, le décret pourrait siffler la fin de cette aide dès le mardi 13 février.

Pour bénéficier d’une aide équivalente, il faudra désormais attendre 2025. Ce qui laisse un peu moins d’un an au gouvernement pour mieux ficeler le dispositif, qui est apparu comme décousu et a fini par inquiéter les concessionnaires des marques concernées.

Retour aux offres classiques LOA/LLD : mais avec quel bonus ?

La fin du dispositif « mon leasing électrique » ne signifie pas forcément que la voiture électrique perd complètement de son attractivité. Certes, beaucoup de clients – près de 50 000 selon Les Échos – ont pu bénéficier du coup de pouce du gouvernement pour obtenir des loyers à prix particulièrement avantageux : à partir de 40 € par mois pour une Renault Twingo, 49 € par mois pour une Fiat 500e ou 54 € par mois pour la nouvelle Citroën ë-C3.

Fiat 500 électrique  // Source : Fiat
Fiat 500 électrique à 99 € par mois. // Source : Fiat

Au-delà de ces offres commerciales restreintes à une catégorie de travailleurs aux revenus modestes, les constructeurs ont depuis la fin de l’année 2023 remis au goût du jour quelques offres commerciales pour tous assez intéressantes. On trouve ainsi à 100 € par mois 4 modèles de voitures électriques (attention, les bonnes affaires disparaissent vite) :

  • Fiat 500 e
  • Opel Corsa-e
  • Nissan Leaf
  • Renault Twingo

À la différence du dispositif de leasing social, ces contrats de leasing nécessitent un apport parfois conséquent. Certains de ces premiers loyers peuvent être en partie couverts par la déduction du bonus écologique, voire de la prime à la conversion. Encore faut-il que le gouvernement statue également sur le montant de ces aides, car celui-ci est resté en attente depuis le 1er janvier. La fin du leasing social va certainement enfin permettre au gouvernement de savoir comment le reste du budget va être redistribué.

Le leasing social a déjà dilapidé 43 % de l’enveloppe budgétaire de l’année en seulement 6 semaines. Autant dire qu’il est possible de craindre une mauvaise surprise concernant le bonus écologique et les autres mécanismes d’aides à l’achat dédiés aux véhicules électriques.

Un soulagement pour les concessionnaires

Si les constructeurs ont été ravis de voir les clients se presser en concession au début du mois de janvier, certains concessionnaires ont commencé à déchanter à la fin du mois. Ils qualifient le leasing social de « bombe à retardement ». C’est un autre article des Échos, du 9 février, qui a mis en lumière les craintes des patrons de réseau de concession.

Peugeot e-208 (2023)  // Source : Peugeot
Peugeot e-208, l’un des modèles les plus demandés. // Source : Peugeot

La première crainte concerne la trésorerie des concessionnaires. Pour simplifier les démarches des clients, les revendeurs gèrent l’avance des fonds en attendant que l’État verse l’aide en retour. Cependant, personne ne sait réellement quand le paiement des aides va débuter. L’expérience passée des dispositifs de ce type ne rassure pas vraiment les groupes automobiles, car encore une fois rien n’est prêt. 13 000 € d’avance pour une voiture, c’est gérable. Mais pour 10 ou 100 voitures sur un seul mois dans le même groupe, la situation devient beaucoup moins confortable.

Le retour des voitures électriques à la fin de la période de leasing risque aussi d’être un épineux problème. Outre le volume de modèles d’entrée de gamme qui vont devoir trouver de nouveaux preneurs au même moment, les concessions redoutent l’état des véhicules à leur restitution et les conflits que cela pourrait générer avec les clients.

Enfin, tous les clients du leasing social vont-ils pouvoir encaisser les augmentations sur les prix des assurances automobiles, qui ne sont pas incluses dans le loyer ? C’est un drôle de pari, sur lequel certains clients ont voulu bénéficier de l’aubaine tarifaire sans anticiper la suite. Cela pourrait faire de la casse.

Les constructeurs automobiles ont promis leur soutien aux concessionnaires pour les aider à passer ces différentes étapes. Tous espèrent quand même une meilleure organisation pour le millésime 2025 de cette aide.

Si l’univers de la voiture électrique vous intéresse, découvrez notre newsletter hebdomadaire dédiée à ce sujet. Watt Else est garantie sans langue de bois.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !