Dan O’Dowd et son association The Dawn Project ont lancé une nouvelle offensive contre Tesla avec une publicité, potentiellement mensongère, diffusée durant les pages publicitaires du Super Bowl.

Ce dimanche 12 février n’était peut-être pas la meilleure soirée pour Elon Musk. D’une part, son équipe favorite de football américain a perdu la finale du Super Bowl, mais en plus, Tesla a subi une nouvelle attaque au travers d’une publicité à charge contre Tesla diffusée pendant le Super Bowl de la part de son principal détracteur Dan O’Dowd. Le responsable de l’association The Dawn Project veut faire bannir le Full Self Driving de Tesla. C’est donc la deuxième attaque ciblée contre le système de conduite autonome développé par Tesla que le constructeur américain doit encaisser en un peu plus de 6 mois.

Le détracteur a encore mis d’importants moyens pour faire passer son message, particulièrement acerbe, contre la technologie déployée par Tesla. Sauf qu’une nouvelle fois, il est fort probable que Dan O’Dowd ait menti dans sa vidéo, misant sur un public partiellement acquis à sa cause parmi les spectateurs de la finale du Super Bowl. Ça, c’est moche !

Une publicité diffusée pendant l’événement le plus suivi à la télévision aux USA

Une publicité diffusée à l’échelle nationale, durant l’une des très nombreuses coupures publicitaires de l’événement sportif de l’année, c’est un budget qui peut parfois dépasser les 20 millions de dollars pour 30 secondes de publicités. Avec une vidéo peu qualitative, qui a l’air fabriquée maison, il était surprenant que l’association ait dépensé autant pour cette opération. Généralement, ce sont les grosses marques qui investissent sur les créneaux publicitaires de l’événement, vu l’investissement colossal que cela représente.

En fait, la publicité n’a été diffusée que sur les créneaux réservés aux publicités locales. Selon CNN, elle a misé sur plusieurs secteurs géographiques stratégiques uniquement : Washington DC, Austin, Tallahassee, Albany, Atlanta. Ainsi, au lieu de dépenser plusieurs dizaines de millions, l’association n’a payé que 600 000 dollars (562 000 euros environ), le buzz qui suit ensuite sur les réseaux sociaux permet alors d’atteindre un public beaucoup plus large à moindres frais.

Le contenu de la pub est-il vrai ou encore une fois manipulé ?

Nous ne sommes pas les derniers à critiquer les failles de la conduite autonome développée par Tesla, mais les méthodes employées par l’association The Dawn Project sont particulièrement déloyales et très discutables.

Leur première vidéo, diffusée au mois d’août, a été débunkée. Si Dan O’Dowd assure que le Full Self-Driving a bien causé les collisions avec les enfants, ou plutôt les mannequins représentant des enfants, on peut observer, sur les différentes prises de vue diffusées, que c’est loin d’être réellement le cas. On peut donc partir avec de nombreux préjugés sur cette nouvelle publicité.

Plusieurs éléments de cette nouvelle vidéo attirent l’attention et laissent à penser, qu’encore une fois, ils ont sciemment menti. S’il est impossible de juger si la conduite autonome était activée sur les scènes à l’extérieur du véhicule, pour ce qui est filmé depuis l’habitacle, il y a plusieurs indices laissant penser que le conducteur passe outre le système.

La séquence réalisée avec la Tesla qui double le bus scolaire semble fausse :

Aux USA, vous devez vous arrêter lorsqu’un bus scolaire active ses feux clignotants indiquant qu’il charge ou décharge les enfants. Il y a d’ailleurs un panneau « stop » qui se déploie pour l’indiquer. Sur cette scène, on veut faire croire que la Tesla est en conduite autonome et qu’elle ne respecte pas cette règle de circulation. Il est possible que le FSD ne gère pas bien cette situation, nous ne pouvons en juger sans avoir testé, sauf que si l’on regarde du côté du GPS, aucune destination/itinéraire n’est indiqué. La voiture est donc probablement seulement avec le régulateur adaptatif activé et pas le FSD (conduite autonome complète).

Mensonge de Dawn Project // Source : capture vidéo publicité dawn project
Aucun itinéraire rentré, comment le FSD pourrait fonctionner ? // Source : capture vidéo publicité dawn project

Pour la séquence avec la route fermée par les travaux, un constat assez similaire

Apparemment, une bonne partie des vidéos ont été réalisées avec le FSD version 10.12.2, une version publiée l’été 2022, qui a déjà plusieurs fois évolué. Sur cette scène, deux choses attirent notre attention, mais ne permettent pas de vérifier ce qu’il a été concrètement demandé à la voiture. D’une part, aucune indication sur la direction ou le prochain changement de cap n’est indiqué, ce qui n’est normalement pas le cas. D’autre part, on aperçoit un message d’alerte sur l’écran, mais qui n’est pas vraiment lisible dans la vidéo.

Mensonge dawn project // Source : capture vidéo publicité dawn project
Des éléments manquent pour confirmer l’utilisation du FSD // Source : capture vidéo publicité dawn project

Ces messages encadrés apparaissent sur de nombreuses séquences de la vidéo, ce qui peut laisser à penser que le conducteur ne respecte pas les conditions d’utilisation de la conduite autonome et peut signifier que le système a été désactivé. Il est cependant trop difficile à distinguer avec la qualité de la vidéo diffusée. Nous avons quand même comparé l’écran avec une vidéo de test de la même version du logiciel de conduite autonome Tesla, prise au hasard sur Youtube.

Ici le prochain changement de cap est indiqué, prouvant l'itinéraire programmé // Source : John VanDeVoort - youtube
Ici le prochain changement de cap est indiqué, prouvant l’itinéraire programmé // Source : John VanDeVoort – youtube

La conduite autonome de Tesla fait des grosses boulettes, il n’y a aucun doute sur le sujet. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est demandé au conducteur d’être toujours vigilant au volant. Il ne s’agit toujours que d’une bêta, accessible pour seulement 400 000 utilisateurs américains, même si cela n’excuse pas tout. Sauf que la publicité diffusée ce 12 février manipule forcément le spectateur, elle est en tout cas forcément déloyale : utilisation d’une vieille version du logiciel, FSD qui n’a pas l’air activé, message d’alerte pouvant signifier un système déconnecté toujours visible à l’écran. Avec ces propos, la publicité pourrait raviver une certaine haine envers le constructeur américain, et ça ce n’est vraiment pas utile.

Quel message tente de faire passer Dan O’Dowd ?  

Le détracteur de Tesla cherche constamment à faire bannir le système de conduite autonome de Tesla aux USA avec un lobbying actif auprès des politiques. Il a pourtant été accusé d’avoir un conflit d’intérêt, car il travaille également avec des systèmes concurrents de Tesla, mais Dan O’Dowd s’en défend.

La vidéo se conclut d’ailleurs sur un message affiché qui demande à ce que la NHTSA, l’équivalent américain de la sécurité routière pour les autoroutes, réagisse : « pourquoi le NHTSA autorise le Full Self-Driving ? »

La publicité multiplie en 30 secondes les phrases chocs :

  • « Le Full Self-Driving va écraser un enfant sur un passage protégé, changer brutalement de voie vers la circulation en contre-sens, percuter un bébé dans sa poussette, ignorer les panneaux « ne pas entrer » et même circuler du mauvais côté de la route ».
  • « La conduite autonome de Tesla met en danger le public avec un marketing trompeur et une ingénierie lamentablement inefficace. »
  • « 90 % des gens sont d’accord qu’il faut bannir le système immédiatement. »

On ne sait pas réellement qui sont les « 90 % » cités, mais une chose est certaine, Dan O’Dowd n’y va pas avec le dos de la cuillère quand il s’agit de traîner Tesla dans la boue. Ce qui va certainement lui valoir un second courrier de la part des avocats de Tesla.

En attendant, Elon s’est moqué de lui sur Twitter, comme à son habitude. D’ailleurs, l’outil de fact-checking des tweets a été probablement plus utilisé pour le post de Dan O’ Dowd sur Twitter, que pour les posts de Donald Trump. C’est particulièrement improbable comme situation.

Tweet de Dan O'Dowd fact-checké // Source : Twitter de Dan O'Dowd
Tweet de Dan O’Dowd fact-checké // Source : Twitter de Dan O’Dowd
Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !