Dans cette guerre de communication qui oppose les anti-conduite autonome de Tesla au constructeur, tous les coups sont permis. Peut-être même celui de mentir sur le bon usage du système autonome dans leur démonstration.

Le 9 août 2022, une campagne de communication est apparue sur les écrans des Américains avec pour objectif de faire interdire le Full Self-Driving (FSD). Avec sa démonstration, le Dawn Project veut prouver que la conduite autonome de Tesla est dangereuse et qu’elle peut aller jusqu’à écraser des enfants. Si certains fans de la marque ont voulu démontrer par eux-mêmes que le système de conduite autonome de Tesla est fiable, d’autres ont décortiqué les vidéos à la recherche des indices permettant de prouver que les initiateurs du projet ont menti.

Malgré un protocole de test plutôt sérieux sur le papier, le Dawn Project aurait manipulé quelque peu la vérité sur le fait que le Full Self-Driving (FSD) de la Tesla était bien enclenché et surtout correctement utilisé.

Ce qui instille le doute sur les différentes vidéos du Dawn Project

Deux vidéos ont été passées au crible, notamment par le média Electrek, la vidéo commerciale de 30 secondes qui sert de support à la campagne et une version plus longue servant au montage.

Dans la version définitive diffusée sur les différents supports, on peut remarquer que lors de cette prise retenue, la conduite autonome n’était pas enclenchée. La vidéo montre pendant 3 secondes une vue de l’intérieur permettant de voir l’écran central. On peut croire que les éléments présents sur l’écran sont ceux de la conduite autonome, mais il manque deux choses :

  • Le tracé de la trajectoire devant le véhicule doit être bleu si la conduite autonome est enclenchée.
  • Un petit volant bleu doit apparaître en haut à gauche de l’écran.

Sur ce plan, la conduite autonome n’est clairement pas active, un sacré faux pas pour la sincérité du test. Sur Twitter, l’information a commencé à circuler et en réponse à ces messages, d’autres ont montré que sur d’autres scènes d’une version plus longue de la vidéo, ces indications étaient bien présentes.

En effet, en visionnant cette vidéo, on voit sur une autre prise qu’a minima l’Autopilote (à défaut éventuellement du FSD) est enclenché, y compris lors de l’impact. Sauf qu’on peut apercevoir un message d’erreur, qui pourrait être celui indiquant que l’accélérateur est maintenu appuyé et donc que le conducteur a la main sur le système autonome. Problème : on ne peut pas clairement lire le message d’erreur et un doute peut subsister.

Des résultats biaisés, mais que le Dawn Project maintient comme étant véridiques

Contacté par Electrek.co pour demander des explications, l’équipe presse du projet a répondu en indiquant que le pilote a fait une déclaration sous serment que la conduite autonome FSD était bien enclenchée lors des tests.

Prise où la conduite autonome est activée // Source : Capture vidéo The Dawn Project
Prise où la conduite autonome est activée // Source : Capture vidéo The Dawn Project

Entre politique de l’autruche et jeu de la patate chaude, pour le moment, on n’en sait pas plus sur ce qu’il va se passer suite à ces nouvelles révélations. Tesla pourrait très bien attaquer le Dawn Project en retour. De son côté, Elon Musk s’est empressé de répondre sur Twitter en transformant le nom de l’initiateur du projet de @RealDanODowd à Réelle Escroquerie O’Dowd.