La citadine 100 % électrique de Nissan devrait prendre la suite de la Nissan Micra en 2026. Sa production « made in France » est très inspirée du modèle de chez Renault.

Les dirigeants de l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi tenaient ce 6 février 2023 une conférence pour partager l’avenir du groupe. C’est à cette occasion que Luca de Meo, pour Renault, et Makoto Uchida, pour Nissan, ont également donné quelques informations sur un futur modèle de citadine électrique. Il doit illustrer les engagements pris dans le groupe pour assurer l’avenir commun des différentes marques.

Plusieurs rumeurs et informations circulent déjà autour d’une future Nissan Micra électrique. Elles se confirment par la voix des deux dirigeants.

80 % de pièces communes avec la future Renault 5

D’une manière assez surprenante, c’est le dirigeant de Renault qui a abordé le sujet de ce futur modèle électrique de Nissan. Il a précisé qu’il s’agirait d’une petite citadine électrique, qui partagerait 80 % des pièces de la future Renault 5.

Renault 5 Prototype // Source : Renault
Renault 5, prototype. // Source : Renault

En s’appuyant sur la nouvelle branche « Ampère » de Renault, Nissan va faire des économies pour le développement de la Micra : de l’ordre de 40 %, par rapport à ce qu’il aurait fallu débourser sans cette collaboration. Cela permet de partir sur une offre très compétitive pour attaquer le marché européen avec cette nouveauté. On sait que Renault veut, avec Renault 5, rendre la voiture électrique abordable, Nissan pourrait aussi bénéficier de ce levier.

Voici ce que l’on peut déjà retenir de ce futur modèle : 

  • Ce sera un modèle électrique compact de Nissan (segment B ou citadine) ;
  • Basé sur la plateforme CMF-BEV, qui servira à produire également Renault 5 et Renault 4 ;
  • Produit par Renault à partir de 2026, après l’arrivée de la Renault 5 sur le marché européen.

Pour rappel, le SUV Nissan Ariya partage la même plateforme que la Renault Mégane e-tech, sans pour autant proposer un produit réellement identique. Au contraire, les deux modèles électriques ont des approches très différentes.

Pour Renault 5 et Nissan Micra, on pourrait s’approcher un peu plus de ce qui se fait dans le groupe Stellantis. À savoir, une plateforme partagée, une motorisation unique, mais des carrosseries et des réglages différents pour distinguer les modèles selon les marques. C’est une manière efficace pour les marques d’augmenter la rentabilité, en mutualisant les investissements et les coûts de production.

Future Nissan Micra électrique  // Source : Nissan
La future Nissan Micra électrique. // Source : Nissan

Une voiture électrique fabriquée en France

Le point positif de cette annonce, c’est qu’il confirme bien que le modèle sera produit dans l’une des 3 usines ElectriCity du groupe Renault. On ignore si le modèle sera produit à Douai ou Maubeuge. La production locale française a toujours été un plus pour la précédente génération de la Nissan Micra, assemblée dans l’usine de Flins. On pourra espérer le même succès à cette nouvelle génération 100 % électrique.

La coopération des deux marques ne s’arrêtera pas là. Les véhicules utilitaires électriques devraient bénéficier de ces nouveaux accords, un réseau de recharge commun devrait aussi voir le jour. Enfin, des travaux communs sur des véhicules à plateforme 800 V (pour des recharges ultra-rapides) et des avancées sur les batteries solides sont également dans les tuyaux.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !