Le nouveau jeu ambitieux de Peter Molyneux, qui s’appuie sur la blockchain, est déjà un succès. Il a récolté plus de 40 millions de livres sterling en NFT.

Peter Molyneux est un créateur de jeux vidéo à qui on doit des jeux cultes comme Populous, Black and White ou encore Fable. Dans un communiqué publié le 11 décembre, son studio baptisé 22cans a officialisé son nouveau projet ambitieux : Legacy, c’est-à-dire une « simulation d’entreprise par blockchain ». Et c’est déjà un immense succès : comme le rapporte Rock Paper Shotgun dans un article daté du 14 décembre, les ventes de NFT pèsent déjà plus de 40 millions de livres sterling (47 millions d’euros).

C’est une somme colossale pour un jeu vidéo qui ne sera pas disponible avant 2022. Visiblement, beaucoup de gens ont été séduits par la nouvelle promesse de Peter Molyneux, ou pensent qu’il s’agit d’un investissement rentable sur le long terme. En l’occurence : une expérience d’entreprenariat virtuel qui permettra à des créatifs de gagner de l’argent grâce à la blockchain. « Construisez un business à succès pour étendre votre empire, inventer de meilleurs produits et améliorer votre productivité, en transformant votre petit village en une ville industrielle colossale, dans le but de gagner en compétitivité et de récolter de l’argent », peut-on lire. 

Legacy
Legacy // Source : 22cans

Les NFT de Peter Molyneux séduisent

Qu’ont acheté les joueuses et joueurs dans Legacy ? Des ‘Lands’, soit, plus spécifiquement, des terrains à partir desquels les propriétaires pourront bâtir leur business. Le plus cher d’entre eux a quand même coûté l’équivalent de 670 000 livres sterling (790 000 euros, environ). Pour le rentabiliser, son acquéreur va devoir se montrer très, très créatif dans le développement de produits qui attireront les autres utilisateurs. Pour le moment, ce n’est donc que de la spéculation.

Pour fonctionner selon les principes de la blockchain, Legacy s’appuiera sur sa propre cryptomonnaie : le LegacyCoin, dérivé de l’Ethereum. « Cette nouvelle cryptomonnaie a beaucoup d’usages, de l’acquisition de Clés Legacy pour les prêts aux échanges liés à l’économie du jeu, en passant par l’acquisition de NFT, entre autres usages innovants qui ne sont pas encore révélés », indique la page de présentation. 

Dans un entretien accordé à The Verge, Peter Molyneux a justifié l’intégration de la blockchain : « La première chose est que — vous devez gagner le droit — mais vous pouvez créer vos propres éléments de blockchain à partir de Legacy. Admettons que vous créez une usine où votre produit va être fabriqué, et ce bâtiment peut être aussi fou que vous le souhaitez. Tout dépend des blocs que vous débloquez. Mais ce qui est cool, c’est que ce bâtiment, ces travailleurs, cet univers que vous imaginez acquièrent une expérience unique en fonction de votre progression dans le jeu. Vous pouvez donc créer cette usine, vous pouvez l’utiliser pendant 100 heures, puis vous pouvez la mettre sur la blockchain elle-même. Je veux dire, c’est assez incroyable. »

À noter que Legacy aurait aussi pu exister dans une simple base de données plus contrôlée — mais sans les buzzwords du moment. Un biais que soulevaient déjà les NFT intégrés par Ubisoft dans Ghost Recon Breakpoint.

Le fait que certaines personnes croient à Legacy est d’autant plus étrange que, ces dernières années, Peter Molyneux a beaucoup promis et peu délivré. Exemple : financé en partie sur Kickstarter, son god-game Godus est toujours en accès anticipé depuis… 2013.